Villeneuve-sur-Lot (47) : la force d’action rapide de la gendarmerie

VIDEO et DIAPORAMA – Zoom sur le Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) de Villeneuve, une unité à part de 12 hommes.

Une démonstration d’arrestation d’un dealer. Les 12 hommes du Psig de Villeneuve multiplient les entraînements et exercices comme ici, sur le plateau de Lascrozes.|| Photo T.Ma.


Une démonstration d’arrestation d’un dealer. Les 12 hommes du Psig de Villeneuve multiplient les entraînements et exercices comme ici, sur le plateau de Lascrozes.

Rendez-vous est donné sur le plateau de Lascrozes. C’est là qu’un pseudo-dealer doit déposer un paquet. À son arrivée, des yeux invisibles sont braqués sur lui. Les « Oscars » se fondent dans les sous-bois. Le bonhomme pose à peine le colis qu’il a six hommes sur lui. Ils le mettent en joue, le somment de poser son arme et de se coucher au sol. Tout exercice s’agit-il, la scène reste une de celle face à laquelle doit se préparer le Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig), une unité à part au sein de la compagnie de Villeneuve-sur-Lot. Elle nous ouvrait ses portes la semaine dernière peu avant la célébration de la Sainte-Geneviève (lire par ailleurs).

Pour quoi faire ? Pour montrer qu’une arrestation opérée en deux minutes n’est que la face immergée d’un vaste iceberg : des gestes archi-répétés, des militaires très entraînés au maniement des armes (fusil à pompe, semi-automatique, pistolet à impulsion électrique, lanceur de balle de défense) et aux techniques de maîtrise au sol ou de krav-maga. Ils s’entraînent sous les ordres de l’aide-moniteur d’intervention professionnelle Aymeric Thuret. C’est ce même homme qui les fait transpirer chaque semaine pour rendre légers des casques et des gilets pare-balles initialement lourds comme des sacs de ciment : cardio, musculation, natation font partie du boulot.

La suite + video : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.