Utiliser un vaccin pour tuer les « mangeurs inutiles » !

En 2004, un livre dévoile l’utilisation de vaccins pour tuer les « mangeurs inutiles » préconisée par les Élites Mondialistes ! 

Final Warning: A History of the New World Order (Dernier avertissement : une histoire du Nouvel Ordre Mondial), ce livre de David Rivera, publié en 2004, traite du gain de fonction et de la recherche de virus pour le dépeuplement (l’élimination des « mangeurs inutiles »).

Le Club de Rome (cercle de réflexion rassemblant scientifiques, décideurs économiques et hauts fonctionnaires) se fit mondialement connaître en préconisant de stabiliser la population et la production à l’échelle mondiale, en d’autres termes, un génocide doit être planifié pour éliminer les personnes qualifiées de « mangeurs inutiles ».

Ce génocide sera réalisé en recourant à des guerres « ciblées » dans les pays avancés, et même une frappe nucléaire limitée à un emplacement stratégique ; ainsi que des famines et des maladies créées dans les pays du tiers monde.

Dans son roman de 1976, « Ceremony of the Innocent », Taylor Caldwell explique clairement la raison d’être de leurs actions : « … il n’y aura pas de paix dans un monde tourmenté, seulement une série programmée et systématique de guerres et de calamités – jusqu’à ce que les comploteurs atteignent leur objectif : une humanité épuisée prêt à se soumettre à une économie marxiste planifiée et à un asservissement total au nom de la paix. »

Ont-ils déjà commencé leurs plans génocidaires ?


En 1969, lors d’une audience sur les crédits parlementaires, l’unité de guerre biologique du ministère de la Défense demanda des fonds pour développer, par épissage génétique, une nouvelle maladie qui résisterait au traitement et détruirait le système immunitaire des victimes. Ils ont reçu 10 millions de dollars, pour produire « un agent biologique de synthèse, un agent qui n’existe pas naturellement et pour lequel aucune immunité naturelle n’aurait pu être acquise ».

Dans le Bulletin de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de l’ONU de 1972, volume 47, page 251, il est dit : « Il faudrait essayer de voir si les virus peuvent en fait exercer des effets sélectifs sur la fonction immunitaire. Il faudrait examiner la possibilité que la réponse immunitaire au virus lui-même peut être altérée si le virus endommage, plus ou moins sélectivement, la cellule répondant au virus.

Des dérivés d’ovins et de bovins ont été couramment utilisés pour fabriquer des vaccins, cependant, certains virus communs à ces animaux peuvent interagir indéfiniment, formant une nouvelle souche de virus mortels appelés rétrovirus.

En 1974, l’Académie nationale des sciences a recommandé que « les scientifiques du monde entier se joignent aux membres de ce comité pour différer volontairement les expériences (liant) les virus animaux ».

Le Dr Robert Strecker, gastro-entérologue praticien, titulaire d’un doctorat. en pharmacologie, qui a été embauché comme consultant pour travailler sur une proposition de soins de santé pour la Security Pacific Bank, a déclaré : « Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute que le SIDA est un problème créé par l’homme. La question est de savoir s’il a été créé accidentellement ou intentionnellement. Je crois que le virus du sida a été programmé, produit et déployé.

La théorie la plus courante sur l’origine du SIDA était qu’il provenait de singes verts en Afrique. Pourtant, plusieurs virologues ont déclaré que le virus du sida n’est présent naturellement chez aucun animal. De plus, il aurait été statistiquement impossible d’atteindre le point où nous en sommes actuellement, à partir d’un seul épisode. Si le virus du SIDA était originaire des singes, alors la maladie aurait fait surface chez les Pygmées, qui sont plus proches d’eux, et les utilisent comme source de nourriture, pourtant, elle est apparue d’abord dans les villes. Une autre preuve préjudiciable vient du fait que le SIDA s’est produit pratiquement simultanément aux États-Unis, en Haïti, au Brésil et en Afrique centrale.


Les recherches de Strecker ont indiqué que le virus du SIDA (nom de code « MKNAOMI ») a été développé par le Frederick Cancer Research Facility de l’Institut national du cancer, en coopération avec l’OMS, dans leurs laboratoires à Fort Detrick, Maryland (qui jusqu’en 1969 faisait partie de l’unité de guerre bactériologique de l’armée américaine, connue sous le nom d’unité des maladies infectieuses de l’armée, ou division des opérations spéciales) ; en combinant le virus de la leucémie bovine (vache) et le virus visna-maëdi (mouton) et en les injectant dans des cultures de tissus humains.

Le virus de la leucémie bovine est mortel pour les vaches, mais pas pour les humains ; et le virus visna est mortel pour les moutons, mais pas pour l’homme. Cependant, lorsqu’ils sont combinés, ils produisent un rétrovirus qui peut modifier la composition génétique des cellules dans lesquelles ils pénètrent.

Il a déclaré : « Si l’on analyse les gènes du virus du sida humain et les gènes du virus de la leucémie bovine du bétail et du virus visna du mouton, et que l’on les compare, les gènes semblent liés. Comment est-il possible que le virus bovin- qui ressemble au SIDA et produit une maladie semblable au SIDA, et qui a produit une pneumonie à pneumocystis carinii chez les chimpanzés en 1972 – n’a pas été analysée et comparée au SIDA … jusqu’en 1987 lorsque Matthew Gonda, publie un article dans le magazine Nature qui décrit un virus qui ressemble au SIDA, appelé virus visna bovin, et a suggéré qu’il était le plus étroitement lié au SIDA et pourrait bien être son précurseur. » 

Le 11 août 1988, Ted Strecker, le frère du Dr Strecker, a été retrouvé abattu dans sa maison de Springfield, Missouri. Sa mort a été qualifiée de suicide.

Le 22 septembre 1988, le représentant de l’État de l’Illinois, Douglas Huff, de Chicago, a été retrouvé mort à son domicile. L’autopsie a révélé qu’il était décédé d’un accident vasculaire cérébral à la suite d’une overdose de cocaïne et d’héroïne.

Il se trouve que Douglas Huff était un fervent partisan du travail du Dr Strecker pour faire connaître la dissimulation du sida. Coïncidence ou complot ?

(Note : Il y avait un programme de vaccination contre la variole en Afrique par l’OMS. Certains chercheurs pensent que le programme de vaccination contre la variole de 1972 a été utilisé pour introduire le virus dans la population.)

Le 11 mai 1987, le London Times a publié un article intitulé « Smallpox Vaccine Triggered AIDS Virus », écrit par le rédacteur scientifique Pearce Wright, qui a lié le programme de vaccination de masse de l’Organisation mondiale de la santé dans les années 1970 à l’épidémie de SIDA, car l’Afrique centrale était au centre du programme, et elle est devenue la zone la plus touchée au monde.

Final Warning

 A History of the New World Order

PDF GRATUIT ICI

Source : 

https://henrymakow.com/2022/05/final-warning.html

https://bouddhanar.blogspot.com/2022/05/en-2004-un-livre-devoile-lutilisation.html

Source : Changera3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.