Port-Vendres ; recherché pour un crime à Carcassonne, il prend d’assaut la gendarmerie

L’alerte a été déclenchée dans la nuit de mardi à mercredi, vers 1 h, à la brigade de gendarmerie de Port-Vendres.

Un homme venait d’escalader les murs de clôture de la caserne et avait réussi à pénétrer dans l’enceinte. D’après les premiers éléments, le ‘visiteur’ se trouvait semble-t-il dans un état second, décuplant ses forces. Il aurait attaqué les militaires, leur assénant des coups avant d’être maîtrisé, non sans mal. Un gradé et une jeune femme gendarme ont été blessés et sont en arrêt de travail.

  • 47 coups de couteau

Or, l’affaire ne s’arrête pas là. Après vérifications, le jeune homme, un SDF d’une vingtaine d’années, était en possession d’une arme factice, mais surtout il était en fuite et activement recherché par la police audoise pour avoir grièvement blessé un marginal la veille dans la nuit à Carcassonne. Une dispute sur fond d’alcool aurait éclaté entre les deux protagonistes sur les berges de l’Aude avant que l’un d’eux tombe dans le fleuve. Il serait ressorti de l’eau, se serait saisi d’un couteau (qui n’a pas été retrouvé) avec lequel il aurait frappé son adversaire à de multiples reprises.

Pas moins de 47 coups à l’arme blanche auraient été dénombrés. Puis, l’auteur s’est volatilisé tandis que la victime, âgée d’une cinquantaine d’années, était évacuée vers l’hôpital. Grièvement blessé, il aurait notamment été touché à un poumon et à un œil, mais ses jours ne seraient plus en danger. Comment et pourquoi son agresseur présumé s’est-il retrouvé dans les P.-O. ? Nul ne peut encore le dire. Mais son intention, en faisant irruption dans la caserne, n’aurait pas été de se constituer prisonnier mais d’en découdre.

Déjà très connu

Il a été remis ce mercredi aux policiers carcassonnais chargés de l’enquête qui l’ont ramené et placé en garde à vue pour “tentative d’homicide”. Très défavorablement connu des services, il avait déjà été arrêté le 1er avril à Carcassonne, alors qu’il circulait en état d’ivresse au guidon d’un cyclomoteur signalé volé à Cazilhac (11).

Là même où le 12 avril, il a été interpellé dans un squat, se voyant attribuer le cambriolage du snack et le vol d’une voiturette au camping de la Cité en mars et l’incendie d’un préfabriqué 10 jours plus tard au même endroit. Libre, il devait être jugé en novembre.

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *