Nancy : le colonel Dubuis, patron des gendarmes de Meurthe-et-Moselle, s’en va

Le colonel Dubuis, patron des gendarmes de Meurthe-et-Moselle, rejoindra Paris au 1 er août. Photo ER

Le colonel Dubuis, patron des gendarmes de Meurthe-et-Moselle, rejoindra Paris au 1 er août. Photo ER

Nancy. « Victimes » et « gendarmes ». Deux mots qui auront jalonné durant quatre ans, le parcours du colonel Christophe Dubuis, commandant du Groupement de gendarmerie de Meurthe-et-Moselle. L’officier supérieur l’a rappelé jeudi, lors de son cocktail de départ, dans les grands salons de la préfecture. Au 1er août, le colonel Dubuis rejoindra la direction générale de la gendarmerie nationale à Issy-les-Moulineaux (92) où il prendra la direction du bureau formation, à la sous-direction des compétences.

Le lieutenant-colonel Gwendal Durand, chef du bureau médias au SIRPA gendarmerie, lui succédera alors au Groupement 54, une entité forte de « 600 militaires et 250 réservistes opérationnels », a souligné le colonel Dubuis, en rendant hommage à ses unités et partenaires. Sans oublier sa famille, « ma femme et mes deux enfants. La tâche aurait été difficile, voire impossible sans leur soutient et leur compréhension », rappellera, le colonel Dubuis, la gorge nouée par l’émotion mais qui parviendra à contenir une larme sous les galons. Victimes et gendarmes. Les événements font que parfois, ces deux mots se mélangent. Violemment agressé chez lui à Nancy par deux cambrioleurs en juillet 2012 (trois côtes cassées), le colonel Dubuis en a fait la douloureuse expérience. Une douleur sans commune mesure avec celle ressentie au mois d’avril, lors de la mort en service du gendarme Philippe Lallemand – motard à l’escadron départemental de sécurité routière à Briey – dans un accident de la route survenu pendant l’enlèvement de la petite Bérenyss, dans le Pays Haut.

« L’effort du quotidien pour sécuriser l’avenir »

Des drames qui auront marqué le passage à Nancy du colonel Dubuis. « Un chef collaboratif et disponible, un homme proche des hommes », dira de lui le général de corps d’armée, commandant de la région de gendarmerie de Lorraine pour la zone de défense Est. Confrontés notamment l’an passé à deux phénomènes que sont les vols de métaux et autres câbles de communications en milieu rural ainsi qu’aux raids éclairs de cambriolages perpétrés par des bandes organisées, le colonel Dubuis et ses effectifs ont su enrayer cette montée de violence et d’insécurité. Avec en 2014, une baisse de 20 % des cambriolages des résidences principales ou encore – 17 % pour ce qui est des vols commis au préjudice des agriculteurs. Une profession confrontée aux vols d’engins et avec laquelle, le colonel Dubuis a su mettre en place un partenariat « novateur », comme le soulignera le préfet, avec un système d’alerte efficace par SMS. « Tant qu’un problème n’était pas réglé, vous avez toujours cherché la réponse. Et elle a été multiforme », appuiera le préfet qui prédit au colonel Dubuis, 43 ans, « une brillante carrière ». Déploiement de la vidéo-surveillance dans les communes, du dispositif « voisins vigilants », signatures de différents protocoles à l’image de celui passé avec la CCI 54… Le patron des gendarmes Meurthe-et-Mosellans a été de tous les projets et « de l’effort du quotidien pour sécuriser l’avenir », aime-t-il à rappeler.

L’heure était aux compliments, jeudi. Et il n’en est jamais autrement dans ce genre de cérémonie. Le procureur de la République citera quatre mots pour résumer ces années de partenariat : « Loyauté, disponibilité, efficacité et fraternité. Restez comme vous êtes », précisera le procureur. « Ne changez rien et mon cher Christophe, si vous me le permettez, nous vous regrettons déjà. »

Source : Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.