Les travaux à la gendarmerie sont de plus en plus urgents

De gauche à droite : Christophe Nayl, attaché parlementaire ; Guénaël Robin, maire-conseiller général du canton de Saint-Jean-Brévelay ; Paul Molac, député ; Odette Herviaux, sénatrice ; Régine Le Viavant, députée suppléante et Henri Ribouchon, président de Josselin communauté.

De gauche à droite : Christophe Nayl, attaché parlementaire ; Guénaël Robin, maire-conseiller général du canton de Saint-Jean-Brévelay ; Paul Molac, député ; Odette Herviaux, sénatrice ; Régine Le Viavant, députée suppléante et Henri Ribouchon, président de Josselin communauté. |

« Il semblerait que la rénovation soit calée depuis 2011, mais rien n’a été fait depuis. Cette visite nous a permis de nous rendre compte de la situation. Il y a vraiment un problème : les fenêtres sont pourries, le bâtiment n’est plus aux normes de confort actuel », a rapporté, hier, le député Paul Molac, après la visite de la brigade de gendarmerie, en compagnie du colonel départemental, Sylvain Laniel, du lieutenant-colonel de compagnie Gonzague Montmorency et du lieutenant Franck Fiorina, commandant de la communauté de brigades Josselin, Rohan et Saint-Jean-Brévelay. Pour les élus, le bâtiment aurait besoin d’être rénové.

Selon la sénatrice Odette Herviaux, « les sommes prévues pour la rénovation serviront uniquement pour faire du replâtrage. Les problèmes de ce bâtiment ne seront pas réglés. C’est un mauvais projet et si l’on veut garder la brigade de gendarmerie à Josselin, il faut mettre les moyens, annonce-t-elle. Le conseil général a choisi Vinci pour gérer le bâtiment. Ce dernier n’a pas fait le nécessaire dans les temps impartis, puisque cela devait être réalisé en 2013. »

Reçus en préfecture

Après la visite, parlementaires et élus ont été reçus dans l’après-midi à la préfecture. « Le projet de réhabilitation est prêt. Il reste le financement à trouver, soit 800 000 € HT. La rénovation des logements peut être faite rapidement. En ce qui concerne la construction de bureaux, une livraison fin 2015 pourrait être possible. Le préfet incite Vinci a commencé très rapidement les travaux. Il s’engage pour le lancement dès l’été », relate le député Paul Molac.

Les travaux dans les étages dureraient un mois et demi et pour les bureaux un mois, à condition que la construction du bâtiment administratif commence en même temps. « Pour l’instant, Vinci garantit que les travaux débuteront en 2014 », mentionne, un peu sceptique, le député.

Un bâtiment des années 1960

Le bâtiment, qui abrite la brigade de gendarmerie, a été construit à la fin des années 1960. Il n’est plus aux normes et en mauvais état. Depuis 10 ans, l’État et les élus ont promis aux gendarmes que le bâtiment serait rasé pour en construire un nouveau ainsi que des logements individuels pour les militaires. Une autre idée a été avancée : un bâtiment administratif serait construit et le bâtiment existant réhabilité.

Depuis, rien n’a bougé. Le mois dernier, la chaudière a rendu l’âme. Les militaires et leurs familles ont été privés de chauffage et d’eau chaude.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.