Le général Pierre de Villiers : « Je ne regrette rien »

Le général Pierre de Villiers, ancien chef d’état major des Armées, démissionnaire avec fracas de son poste le 19 juillet dernier, après un désaccord avec le président Emmanuel Macron, publie aux éditions Fayard, un livre intitulé Servir.

Aux micros de RTL, il revient sur cet épisode inédit dans la Ve République et donne les deux raisons de sa démission : la coupe de 850 millions d’euros appliquée au budget des armées et le discours du 13 juillet de Macron à l’hôtel de Brienne à Paris.

« J’ai démissionné pour deux raisons », souligne l’ex-chef d’état major des Armées. « Je pensais qu’il fallait faire un effort budgétaire », explique-t-il. « La deuxième raison, c’est effectivement ce discours, la veille du 14 juillet, cette grande fête du lien entre l’armée et sa nation. Et là, devant le monde de la défense, devant les familles des soldats décédés, devant les blessés, devant mon homologue américain, j’ai estimé que les propos du Président étaient suffisamment forts pour altérer le lien de confiance indispensable entre le chef des armées et le chef d’état major. »

S’il dit « ne rien regretter », Pierre de Villiers parle d’un grand « gâchis » : « On aurait pu faire autrement, sur le fond et sur la forme. »

« Je suis un soldat. C’est ça qu’il faut comprendre et c’est un des objectifs du livre. C’est d’expliquer qui nous sommes, nous les militaires, qui pouvons aller dans notre engagement jusqu’à y laisser notre peau. C’est ça qui m’intéresse. »

« La vraie loyauté consiste à dire la vérité à son chef, la vraie liberté est d’être capable de le faire quelles qu’en soient les conséquences. »

Francesca de Villasmundo

Source : Médias Presse Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.