Jour d’inspection à la gendarmerie de Châtillon-sur-Seine

Les militaires   de la communauté  de brigades de Châtillon accompagnés du maire, du capitaine Niquet  et du commandant Gossement. Photo E. B.

Les militaires de la communauté de brigades de Châtillon accompagnés du maire, du capitaine Niquet et du commandant Gossement. Photo E. B.

Moment fort de l’année, l’inspection de la communauté de brigades de Châtillon-sur-Seine a notamment permis de faire le point sur l’année écoulée.

1 / 2
Les militaires   de la communauté  de brigades de Châtillon accompagnés du maire, du capitaine Niquet  et du commandant Gossement. Photo E. B.
Le lieutenant  Yannick Chambiet  lors de son intervention. Photo E. B.

Moment fort de l’année, l’inspection de la communauté de brigades de Châtillon-sur-Seine a notamment permis de faire le point sur l’année écoulée.

C’est un commandant Gossement tout sourire qui a pris la parole jeudi matin lors de la traditionnelle inspection annuelle de la communauté de brigades de Châtillon-sur-Seine, laquelle est commandée par le lieutenant Yannick Chambiet. Un commandant qui s’est dit satisfait du travail accompli par les militaires de la compagnie.

Châtillon soutient ses gendarmes

« Je suis fier de les commander, mais vous, vous pouvez aussi être fiers de les avoir à vos côtés », a-t-il lancé aux élus et aux représentants présents dans la salle. Une présence que le commandant a tenu à saluer, gage de l’estime que tous ces gens portent à la gendarmerie. La présence d’Hubert Brigand, maire de Châtillon-sur-Seine, n’a pas manqué, non plus, de lui faire plaisir. « La municipalité châtillonnaise nous assure son soutien tout au long de l’année et je ne peux que me réjouir de la qualité de cette relation », a exprimé Julien Gossement lors de son intervention. Des propos qu’Hubert Brigand a particulièrement appréciés. « C’est normal qu’une collectivité comme Châtillon-sur-Seine puisse apporter son soutien. Dans bon nombre de villes, le casernement est assuré par le Département. Ici, c’est la Ville. Tous les ans, nous essayons de réaliser des investissements pour améliorer et entretenir ce patrimoine immobilier (logements, bureaux…). C’est ce qui permet à notre territoire rural de rester attractif. C’est une manière, ­finalement, d’inciter les gendarmes à venir s’installer chez nous plutôt qu’ailleurs et cela nous aide ainsi à conserver cette présence militaire dans nos communes rurales », a rappelé le maire de la ville. Un choix qui a visiblement convaincu les 21 militaires de la communauté de brigades de Châtillon-sur-Seine, répartis sur les sites de Châtillon, mais également de Laignes et Montigny-sur-Aube.

« Une délinquance maîtrisée »

Des militaires dont le travail fourni a été mis en avant par le lieutenant Chambiet. « L’effectif s’est stabilisé et affiche désormais complet. Quant au personnel, la moitié présente la qualité d’officier de police ­judiciaire. Nous avons donc affaire à des enquêteurs qualifiés et autonomes », a précisé le lieutenant, avant de dresser un bilan de l’année écoulée. « Nos chiffres 2014 sont bons et prouvent bien que la délinquance est maîtrisée, bien loin des tendances nationales. Avec 500 crimes et délits enregistrés, le taux reste globalement similaire à celui de 2013. En revanche, le taux de résolution, lui, a progressé, puisque nous avons résolu près de 65 % de nos affaires, contre 50 % l’année précédente. »

Autre bonne nouvelle : « Le nombre de cambriolages a aussi diminué (40 en 2014 contre 60 en 2013) », s’est félicité le lieutenant Chambiet, lequel a regretté que le nombre d’affaires de stupéfiants soit en hausse (80 en 2014 contre 65 en 2013). « C’est regrettable dans la mesure où il y a souvent un lien de cause à effet entre les trafics de drogue et toute autre forme de délinquance. » Preuve de l’engagement des militaires dans ce domaine, une trentaine de consommateurs de cannabis ont déjà été mis en cause en 2015.

Source : Bien Public

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.