Gilets jaunes à Toulouse. Un homme au visage masqué gaze un policier, avant de se rebeller

Un homme de 33 ans a été placé en garde à vue à Toulouse. Lors de la manif des gilets jaunes, mercredi 1er mai 2019, il se serait rebellé et aurait gazé un membre de la BAC.

bac-toulouse_censored

L’homme serait parvenu à glisser la main sou la visière du casque de protection du policier de la BAC afin de le gazer. (©Illustration / Frédéric Schreiber / Actu Toulouse)

Les manifs de gilets jaunes se suivent et se ressemblent à Toulouse, finissant souvent à l’affrontement. Mercredi 1er mai 2019, 18h20, rue Fontvieille, entre Wilson et Saint-Georges.

La police tente de disperser les derniers irréductibles. Les sommations d’usage sont effectuées. Un groupe d’une vingtaine d’individus hostiles, selon les forces de l’ordre, refusent de se soumettre.

Il gaze le policier

Parmi eux, deux hommes vêtus de sombre, le visage protégé par un masque. Le fameux délit de dissimulation de visage en lien avec une manifestation. Les hommes de la BAC (brigade anti-criminalité) se lancent à leur poursuite. L’un d’eux parvient à disparaître. Le second, en revanche, leur donne du fil à retordre.

Alors qu’un policier est à ses basques, l’homme, âgé de 33 ans, aurait subitement stoppé sa course, se serait retourné et aurait réussi à passer sa main sous la visière du casque de protection du policier, avant de le gazer en plein visage.

Pas venu pour cueillir du muguet

Les forces de l’ordre ont eu les plus grandes peines à l’interpeller. L’individu portait une protection intégrale couvrant ses épaules, ses coudes et son torse. Autant dire qu’il n’était pas venu cueillir du muguet. Dans ses poches, la police aurait trouvé des clous et des vis pouvant servir de projectiles.

Ramené au commissariat, l’homme était toujours en garde à vue jeudi 2 mai 2019 au soir. Le policier a été transporté pour examens à l’hôpital. Il s’en tire avec deux jours d’ITT.

source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.