Gendarmerie : les routes de Thiérache sous contrôle

Laon

L’Escadron départemental de sécurité routière a fait son inspection hier. Bilan et perspectives.

B9715058505Z.1_20180314155936_000+G4OAST0GO.1-0Après la revue d’effectif, le colonel Metras a salué « l’engagement » des gendarmes de l’EDSR.

Avec cent deux gendarmes répartis dans cinq unités, le cœur de métier de l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR), c’est évidemment la lutte contre l’insécurité routière. « Mais ça n’est pas sa seule mission », rappelle le commandant Marc Lesquir, son patron dans l’Aisne (lire ci-dessous).

Ce mercredi matin, l’inspection à l’EDSR a été l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée mais aussi de tracer les grandes lignes des actions menées dans les mois à venir. Sans surprise, au regard de la hausse du nombre de tués sur les routes axonaises en 2017, avec un lourd tribut payé par les usagers de deux-roues, l’accent sera mis sur la sécurité routière.

«Avec onze tués de plus en Thiérache, nous avons une obligation de réagir»

Colonel Jean-Charles Metras

« Le comportement de l’usager s’est encore dégradé, avec des fautes de conduite nombreuses, comme le non-respect des règles de priorité, les dépassements dangereux ou la circulation en sens inverse », déplore le commandant Lesquir, en relevant que « l’usage généralisé du smartphone, avec toutes ses applications, est directement lié à ce constat ».

L’année écoulée, la Thiérache a été particulièrement impactée par la hausse des accidents mortels. « Avec onze tués supplémentaires sur ce secteur par rapport à 2016, nous avons une obligation de réagir », estime le colonel Jean-Charles Metras, commandant le groupement de gendarmerie de l’Aisne. Dans le prolongement de 2017, qui a vu une « hausse de l’activité répressive ciblée » autant que la multiplication des actions de prévention, c’est sur ce secteur géographique que des efforts vont être portés par les militaires de l’EDSR en lien avec les unités de la compagnie de Vervins.

Philippe Robin

Une belle activité judiciaire en 2017

Si l’accidentologie retient évidemment l’attention, cela ne doit pas faire oublier l’activité judiciaire des unités qui composent l’EDSR. Ainsi, comme souligné par le commandant Lesquir, 2017 a notamment vu la résolution de « très beaux dossiers », dans les domaines du travail dissimulé et du trafic de stupéfiants entre autres, permettant aussi de saisir près de 250 000 euros d’avoirs criminels.

L’EDSR a aussi œuvré en matière de lutte contre l’immigration irrégulière, avec la nécessité, selon le chef d’escadron, de « faire le grand écart entre le traitement des migrants et celui des passeurs. Si les premiers sont la plupart du temps des gens fuyant des pays en guerre, qui font l’objet de procédures administratives chronophages et complexes, les seconds se distinguent par leur sang-froid, leur détermination et leur dangerosité croissante. » L’an passé, deux cent deux migrants ont fait l’objet de procédures de l’EDSR et trois passeurs ont été interpellés.

Cette année, le contrôle des flux sera encore parmi les missions de l’Escadron. « Le fil rouge est de mettre le gendarme au contact et au service de la population, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien en cours d’élaboration », souligne le commandant Lesquir.

Source : L’Union

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.