Dinéault. École de gendarmerie : 400 élèves de plus en 2016

Dinéault.  École de gendarmerie : 400 élèves de plus en 2016

Comme ils le font tous les vendredis matin, les élèves de l’école de gendarmerie de Ty Vougeret, à Dinéault (29), ont participé, hier, sur la place d’armes, à la levée des couleurs. Une cérémonie qui s’est déroulée en présence du général de corps d’armée Alain Giorgis, commandant les écoles de gendarmerie. Ce dernier a annoncé qu’en 2016, l’école allait devoir accueillir environ 400 élèves supplémentaires.

Hier, 8 h, sur la place d’armes de l’école de gendarmerie de Ty Vougeret, à Dinéault. Il fait encore nuit noire, si bien que de puissants projecteurs éclairent les centaines de militaires, tout de kaki vêtus, alignés devant le mât le long duquel doivent être hissées les couleurs. Impressionnant pour qui n’a jamais assisté à une cérémonie de ce type, avec tambour et trompette… Tout ce qui a de plus classique pour les élèves gendarmes et leurs instructeurs puisqu’elle se déroule chaque vendredi, dès potron minet, quel que soit le temps.

Sauf que ce matin, cette cérémonie revêt un caractère particulier. Elle se déroule, en effet, en présence du général de corps d’armée Alain Giorgis, commandant les 21 écoles et centres de formation de la gendarmerie. Ce dernier, lui aussi en treillis de rigueur, a quitté Rochefort, jeudi, pour passer 48 heures en Centre-Finistère. Il retrouve des terres qu’il connaît bien puisqu’il a commandé, entre 2011 et 2013, la Zone de défense et de sécurité Ouest (ZDSO). Un retour visiblement apprécié. « Vous avez vu ? La Bretagne est bien gardée avec tous ces gendarmes ! », souligne-t-il, satisfait, à l’issue d’une Marseillaise chantée a capella et d’un impeccable défilé.

2016, « une année intensive »

Mais si le général Giorgis a fait le déplacement, ce n’est pas seulement pour lancer des fleurs sur la formation dispensée à Ty Vougeret, même s’il n’hésite pas à évoquer un « magnifique fleuron ». À quelques jours des fêtes de fin d’année, il n’a pas de cadeaux à distribuer mais une annonce à faire à l’ensemble des cadres de l’école. En 2016, le site sera plein comme un oeuf, explique-t-il en substance. Il y a peu, le président de la République a, en effet, indiqué vouloir créer 5.000 emplois supplémentaires dans les forces de l’ordre. Encore faut-il les former. Les écoles de gendarmerie vont donc devoir intégrer quelque 1.700 éléments supplémentaires dès l’an prochain. Ty Vougeret devrait en accueillir autour de 400 sur les 200 hectares dont elle dispose. En plus des sept compagnies habituelles (entre 800 et 900 élèves gendarmes formés a minima tous les ans).

Pas de quoi pour autant effrayer le colonel Éric Polaillon, commandant l’école. « Ça va très certainement être une année intensive. Nous allons accueillir ici près de 1.300 élèves », indique-t-il, conscient que les capacités maximales d’hébergement sont déjà atteintes et qu’il n’est pas envisagé de construire le moindre bâtiment supplémentaire. « Nous allons donc sans doute devoir réduire les plages entre la libération d’une compagnie formée et l’incorporation de la suivante », conclut-il, confiant.

Il est tout à fait possible, aussi, même si ce n’est pas encore acté, que le temps de formation (neuf mois à l’école, trois en unité) soit en partie réduit pour les éléments issus du « stock » de gendarmes adjoints volontaires, et ayant donc déjà une expérience militaire. De la formation continue, notamment sur la base de modules de e-learning (apprentissage par Internet, ndlr), pourrait également être mise en place.

Élèves officiers de Melun à Ty Vougeret : une première

Toujours est-il que l’année prochaine, faute de place et de temps, il est fort à parier que Ty Vougeret n’accueillera pas, comme elle le fait depuis le 23 novembre, un stage d’élèves de l’école d’officiers de la gendarmerie de Melun (77).

C’est l’autre raison de la présence du général Giorgis en terre châteaulioise pendant deux jours : constater le bon déroulement de la formation « chef de groupe » de la 122e promotion de l’EOGN, dont le but est de permettre aux élèves d’acquérir, au début de leur scolarité de deux ans, des savoir-faire tactiques. C’est la première fois dans son histoire que Ty Vougeret accueille un tel stage.

L’unité, composée de 111 élèves de 29 ans de moyenne d’âge, a bien évidemment participé, hier matin, à la levée des couleurs. Dans ses rangs, dix élèves étrangers (neuf Africains et un Cambodgien) et un capitaine instructeur espagnol détaché par la Guardia Civil. Elle quittera Dinéault le 10 décembre, après trois semaines intensives. Sept jours plus tard, les élèves officiers recevront leurs sabres, symboles du commandement, lors de la prise d’armes présidée par Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur.

À Dinéault, une nouvelle promotion d’élèves gendarmes prendra sa place…
Source :  Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.