Des données secrètes sur des militaires français dévoilées par erreur

Un soldat français s’adressant à des soldats nigériens, dans le cadre de l’opération Barkhane. Photo © SIPA

Danger. En dévoilant une carte mettant en valeur les déplacements les plus fréquents de ses usagers à travers le monde, l’application Strava, dédiée aux adeptes de la course à pied, a également révélé ceux des militaires occidentaux en opérations extérieures.

Un peu trop intrusifs, les objets connectés ? En publiant l’année dernière un planisphère sur lequel on pouvait voir les trajets les plus empruntés par ses usagers apparaître en surbrillance, l’application de fitness Strava a malgré elle mis à jour les positions et habitudes de vie des militaires dotés des bracelets connectés reliés au logiciel mobile entre 2015 et 2017. C’est Nathan Ruser, un Australien de 20 ans étudiant dans la sécurité internationale, qui s’en est rendu compte, avant de partager sa découverte sur Twitter.

Nathan Ruser‏ @Nrg8000

Strava released their global heatmap. 13 trillion GPS points from their users (turning off data sharing is an option). https://medium.com/strava-engineering/the-global-heatmap-now-6x-hotter-23fc01d301de … … It looks very pretty, but not amazing for Op-Sec. US Bases are clearly identifiable and mappable

Une activité intense dans les avant-postes français au Mali

Pour cause : si les pays occidentaux ressortent très colorés sur la carte, car l’application y est très utilisée, ce n’est pas le cas des pays plus pauvres et des zones de conflit, où la quasi-totalité du territoire est noire, c’est-à-dire non explorée par un quelconque usager de l’application. Aussi, la moindre activité y est facilement visible. C’est ce qui a mené Nathan Ruser à localiser plusieurs bases militaires en théâtres extérieurs, certaines dont la localisation était connue, d’autres non. Il est à supposer que ces données ont été enregistrées lors des entraînements des troupes.

Au Mali, par exemple, où la France est engagée depuis 2014 dans le cadre de l’opération Barkhane, plusieurs sites montrent une activité intense au milieu du désert, comme le poste avancé de l’armée française à Tessalit, au nord du pays. Si les données ne sont pas retransmises en direct et non nominatives, elles témoignent toutefois de trajets habituellement empruntés par les militaires autour de leurs campements. Des informations sensibles à ne pas mettre entre toutes les mains.

Geoffrey Livolsi‏ @GeoffreyLivolsi

Effectivement très intéressant de retrouver les bases de l’armée françaises au Sahel via @Strava @Defense_gouv #OperationBarkhane #jogging ici : Kidal, Tessalit, Tombouctou, Gao

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.