Languenan. L’ancien commandant de gendarmerie se raconte

languenan-l-ancien-commandant-de-gendarmerie-se-raconteJean-Paul Huet, ancien commandant de gendarmerie. | Ouest-France

Dans son autobiographie, Jean-Paul Huet raconte son parcours qui l’a mené de la banlieue parisienne aux sommets de chefs d’État. Un récit, comme une école de la vie.

Les gens d’ici

Jean-Paul Huet est passionné d’histoire. L’auteur d’ouvrages sur de grands noms de l’histoire de France, tels Joffre, Leclerc ou De Gaulle, présentait, en fin d’année, une conférence sur le rôle des femmes durant la Grande Guerre.

Mais avant d’écrire et d’être connu pour sa passion, l’érudit a été gendarme. Il est entré dans la gendarmerie en 1983, pour en prendre sa retraite, en 2017, au grade de commandant.

Un parcours que l’auteur a retracé dans son ouvrage Mémoires d’un officier de gendarmerie, aux éditions Lemme edit.

« Au premier plan des problèmes sociétaux »

Son amour de l’histoire, il l’a hérité de son grand-père, envers qui il a une tendresse particulière. Jean-Paul Huet avait envie « et besoin de redécouvrir mon histoire. Et aussi rendre hommage à tous mes camarades. »

À 20 ans, c’est l’école des sous-officiers de Châtellerault, puis le premier poste, à Aulnays-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). « J’ai assisté à la genèse des problèmes de banlieue, c’était déjà compliqué. » L’année 1987 marque son retour en Bretagne, à Pleurtuit. « Une autre façon de travailler, avec de la proximité », apprécie celui qui devient officier de police judiciaire (OPJ) à 25 ans.

Là, « nous sommes au premier plan des problèmes sociétaux. La mort nous accompagne au quotidien, raconte Jean-Paul Huet. La partie la plus difficile pour moi a été celle d’être le messager de l’horreur. »

Après Pleurtuit, direction la Nouvelle-Calédonie. « J’étais dans une brigade de brousse. J’ai retiré de ces trois années là-bas une grande expérience humaine et professionnelle avec les indépendantistes kanaks. On apprend à relativiser… »

Poutine, Obama…

De retour en Bretagne, il se présente au concours d’officier. Deux ans d’école à Melun, pour rejoindre la gendarmerie départementale, à Brest cette fois. Là, il connaît « une première expérience de commandement, adjoint à la compagnie, traitant la sécurité d’événement comme Astropolis par exemple ».

Il effectue son premier séjour en État-major en 2006, à Rouen, au service des ressources humaines, puis au commandement des transports aériens à Brest-Guipavas. Il assurera la sécurité au G8, à Deauville, lors du 70e anniversaire du débarquement et côtoiera les grands de ce monde, comme Obama ou Poutine pour n’en citer qu’eux.

Des anecdotes, Jean-Paul Huet en a à la pelle. Dans son autobiographie, il ne se prive pas de les narrer. Son récit, cette « école de la vie », prouve qu’à force de travail et « en étant ambitieux, rien n’est impossible ». Tout cela sans langue de bois…

Mémoires d’un officier de gendarmerie, 19,90 €, en vente dans les librairies à partir du 8 février, séances de dédicaces à venir. Contact : jean-paul1.huet@orange.fr

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.