“Dans notre pays il est très compliqué de dire les choses”, témoigne un gendarme sanctionné pour avoir publié un livre

“La seule raison qui a poussé le pouvoir à me sortir de mes fonctions c’est le livre, donc j’imagine que mon livre doit être une très grave menace pour la République.”, a commenté avec ironie le général de gendarmerie Bernard Soubelet, patron des gendarmes des Outre-Mer, sur France Info.

Le militaire a publié à la mi-mars un livre, “Tout ce qu’il ne faut pas dire” où il ne mâche pas ses mots notamment contre la politique pénale menée en France face à l’insécurité. Des prises de positions qui lui vallent aujourd’hui de perdre ses fonctions: ” La direction générale m’a indiqué hier soir qu’un décret du président de la République était en cours de signature et que dès lors je serais déchargé de mes fonctions de patron des gendarmes des Outre-Mer”.

Celui qui se présente comme “un lanceur d’alerte, un citoyen avant d’être un gendarme”, avait déjà été démis de ses fonctions de l’époque (il était n°3 de la gendarmerie nationale) en 2013 quand il avait témoigné, là encore de manière très critique vis-à-vis de la politique pénale française, devant l’Assemblée nationale. “On ne peut pas devant la représentation nationale raconter des choses qui ne sont pas vraies. Donc j’ai dit les choses telles qu’elle sont, et j’observe qu’à l’issue de cette affaire-là, on m’a changé de poste. Je l’ai vécu comme une sorte de sanction. Et là maintenant avec mon livre j’ai quasiment la même sanction. La conclusion que j’en tire, c’est que quelques soient les circonstances, dans notre pays il est très compliqué de dire les choses”.

Pour expliquer la réaction de sa hiérarchie, il évoque le culte du silence tenace dans la “grande muette”: Bernard Soubelet y voit “le fruit d’une histoire militaire dans laquelle les militaires sont réputés ne pas s’exprimer, et ça dure depuis les années 60 à l’issue du putsch d’Alger. On est en 2016, il faut vraiment qu’on parle du droit d’expression des militaires.”

Après publication du décret présidentiel portant nomination de son successeur aux outre-mers, le général Soubelet se retrouvera sans affectation.

Source : France Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *