La Loi Mathys : le secteur privé en avance sur les ministères ???

http://www.profession-gendarme.com/wp-content/uploads/2016/10/Profession-gendarme600x400-268x183.jpg

Un article publié le vendredi 25 novembre 2016 sur l’édition du soir de Ouest-France tendrait à nous le prouver. En tout cas bravo à l’entreprise Bénéteau qui a autorisé cette démarche pour un conjoint malade dans le cas de Loïc !!!

Une loi a été élaborée mais elle ne prend en compte que les dossiers d’enfants malades. Le 9 mai 2014, la loi a été promulguée et elle est applicable dans le secteur privé . La loi Mathys, du nom d’un garçonnet de 10 ans qui s’est battu durant quatre ans contre un cancer du foie. Son père, salarié de l’entreprise Badoit, à Saint-Galmier, dans la Loire avait reçu 170 jours de RTT de la part de ses collègues. Cette Loi étant applicable dans le secteur privé, l’entreprise Bénéteau a très bien compris la nécessité d’élargir cette Loi au profit du conjoint malade.

Nos ministères et nos autorités de tutelles sauront-ils faire aussi bien que le secteur privé ? Ou  le sens du mot « solidarité » a-t-il une connotation différente selon que l’on soit dans le privé ou militaire et fonctionnaire ?

En tout cas certains ont su ouvrir la voie, souhaitons que nos autorités fasse preuve de cœur et d’humanité.

La rédaction de Profession-Gendarme.

 » il y a aussi des humains capables de choses formidables. « 

Logo APG

Ouest-France, édition du soir; vendredi 25 novembre 2016 :

Sa femme est malade, leurs collègues les aident.

Loïc Magneau est poseur de teck chez le constructeur naval Bénéteau, en Vendée. Grâce aux dons de RTT et de congés de ses collègues, il peut rester à la maison auprès de sa femme Nathalie, malade. Un formidable élan de générosité qui leur réchauffe le cœur, dans cette passe difficile.

À Saint-Révérend (Vendée), la vie quotidienne de Loïc Magneau a basculé depuis la maladie de sa femme, qui s’est déclarée il y a un peu moins d’un an. « Je me suis réveillé un jour avec une boule en dessous du cou qui commençait à me gêner, raconte Nathalie. J’ai consulté le médecin et j’ai suivi toute une série d’examens. On m’a diagnostiqué un cancer. »

« Être à ses côtés »

Peu de temps après, Nathalie n’est plus apte à occuper son poste au moulage, chez le constructeur naval Bénéteau, à l’usine de la Bégaudière, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Les traitements de chimiothérapie s’enchaînent avec une fréquence répétée. « Dès l’annonce de la nouvelle, j’ai pris la décision de poser des congés dès que l’état de ma femme le nécessiterait, confie Loïc. Il y a quelques semaines, j’étais au bout de mes congés Mais de toute façon, je préfère être aux côtés de ma femme, quand elle le demande. »

Loïc travaille aussi chez Bénéteau, sur le site du Poiré, à l’unité des grands bateaux. Son quotidien, c’est de poser des lames de teck sur les ponts des voiliers de type Jeanneau Yacht 64, Jeanneau Yacht 52 et Bénéteau 55. « J’ai toujours aimé travailler sur les grands bateaux. C’est pour ça que j’ai opté pour une mutation au Poiré-sur-Vie. »

La surprise venue des collègues

Mais aujourd’hui, Loïc a la tête ailleurs. « Le matin, j’attends de voir comment Nathalie se porte. Et je décide si je pars au travail, en fonction de son état. »

Arrivé au bout de ses congés. Loïc a connu une sacrée surprise. « Il y a quelques semaines, la responsable des ressources humaines est venue me poser une question. Des collègues de travail ont eu l’idée de me verser personnellement leurs jours de RTT. Je ne le croyais pas. Il fallait juste que je donne mon accord. J’ai dit oui. »

Une vraie surprise qu’il a réussi à analyser a posteriori avec sa femme : « Tout est parti de la Bégaudière, de la part de mes collègues de travail, réalise Nathalie. Fin octobre, je suis allée leur dire bonjour, lors d’une démarche administrative pour le renouvellement de mon arrêt de travail. Le déclic est venu de quelqu’un qui travaillait au sein de mon atelier. Mais je n’avais pas de relations particulières avec cette personne, à l’époque où je travaillais. Après, l’initiative a fait boule de neige »

Dons anonymes

« Par la suite, j’ai eu le même élan sur mon site de travail, se réjouit Loïc. Mon collègue avec qui je fais du covoiturage a lancé la machine. Et les ateliers ont mis en place un système de coupons pour me donner des journées. Certains ont tapé dans leurs RTT, d’autres ont rogné leurs congés. Il y a eu une grosse mobilisation dans les différents ateliers du Poiré, de Belleville, de Commequiers et même chez des gars qui viennent de chez Jeanneau. Aujourd’hui, je me retrouve avec un capital de jours qui va me permettre de tenir au moins cinq mois. »

L’ambiance au boulot s’en trouve grandement améliorée avec un peu plus de moral pour le poseur de teck. « Mon chef de site, Bruno Richard, m’a dit que j’avais carte blanche pour travailler. Parfois, j’ai le temps de prévenir, mais cela m’arrive aussi de me désister au dernier moment. Je veux remercier tous ceux qui m’ont un peu donné de leurs temps. Il y en a certains que je ne connais pas. Les dons sont faits de manière anonyme. »

Loïc Magneau tire aussi son chapeau au service des ressources humaines, qui a été confronté à une démarche inédite. « Bien sûr, chez Bénéteau, il y a des cadences à respecter, des impératifs de production. Mais il y a aussi des humains capables de choses formidables. »

Une initiative dans la lignée de la loi Mathys. Ce dispositif de solidarité pour verser des jours de RTT ou de congés a un cadre juridique. Il s’agit de la loi Mathys, du nom d’un garçonnet de 10 ans qui s’est battu durant quatre ans contre un cancer du foie. Son père, salarié de l’entreprise Badoit, à Saint-Galmier, dans la Loire avait reçu 170 jours de RTT de la part de ses collègues. Une loi a été élaborée mais elle ne prend en compte que les dossiers d’enfants malades. Le 9 mai 2014, la loi a été promulguée et elle est applicable dans le secteur privé. Le cas de Loïc est une première au sein du groupe Bénéteau, qui a autorisé cette démarche pour un conjoint malade.

Source : Ouest-France

Rappel de nos différentes publications sur ce sujet :

-    URGENT – Appel aux dons de congés (Police)  

-    Lettre ouverte aux ministres de l’Intérieur et de la Défense

-    Congés : élargir les dons pour aider un conjoint malade ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>