Près de Toulouse, il appelle les gendarmes pour prévenir qu’il va « faire péter l’immeuble »

Le PSIG et les négociateurs de la gendarmerie ont été appelés à intervenir dans un village près de Toulouse, mercredi 5 avril 2017 : un homme menaçait de faire sauter son immeuble.

Les gendarmes, le PSIG et même les négociateurs régionaux ont été appelés pour intervenir à Montesquieu-Volvestre, où un homme menaçait de faire exploser son immeuble (Photo : Ilustration / Gendarmerie Nationale / Fabrice Balsamo)
Les gendarmes, le PSIG et même les négociateurs régionaux ont été appelés pour intervenir à Montesquieu-Volvestre, où un homme menaçait de faire exploser son immeuble (Photo : Ilustration / Gendarmerie Nationale / Fabrice Balsamo)

 

Grosse frayeur, mercredi 5 avril 2017, dans l’après-midi, à Montesquieu-Volvestre (Haute-Garonne). Les gendarmes ont dû intervenir dans ce village situé près de Muret, au sud de Toulouse, suite à l’appel d’une « personne excitée ». Celle-ci indique en effet aux gendarmes qu’elle souhaite « faire péter l’immeuble ».

Il jette des couteaux aux gendarmes

Un appel qui n’a, évidemment, pas été pris à la légère. Venus de la communauté de brigades de Carbonne, les militaires se rendent rapidement sur les lieux, où ils « constatent la présence d’un individu dans son appartement qui leur jette des projectiles, ainsi que deux couteaux par la fenêtre », rapporte la gendarmerie de la Haute-Garonne.

Toujours selon les forces de l’ordre, l’individu en question « disparaît ensuite de la vue des gendarmes, en indiquant qu’il a de quoi faire sauter le bâtiment en cas d’intervention ». Un périmètre de sécurité a alors été établi, et les autorités locales, rapidement avisées, se sont rendues sur place.

Le quartier bouclé, les voisins évacués

Le domicile de l’individu retranché a été bouclé, et l’ensemble des habitants de la rue ont dû être évacués. Un important dispositif de sécurité a ainsi été déployé par la gendarmerie nationale, avec l’engagement du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG). Le Service départemental d’incendie et de secours a également envoyé des équipes de sapeurs-pompiers sur place.

Appel aux négociateurs

Alors que les négociateurs régionaux de la gendarmerie étaient en route, l’individu est soudain sorti de son domicile, avant d’être maîtrisé sur le champ par les militaires du PSIG qui bouclaient le périmètre. Souffrant de problèmes psychiatriques, l’homme a fait l’objet d’une hospitalisation d’office.

À noter enfin qu’aucun explosif ni arme n’a été découvert à son domicile.

Source : Actu Côté Toulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.