Zéro mort du coronavirus : comment expliquer le mystère vietnamien ?

Le Vietnam est une exception dans le monde : alors que le pays partage une frontière avec la Chine, personne n’y est mort du Covid-19, qui n’a contaminé que 260 individus. On vous explique pourquoi et – spoiler – ce n’est pas grâce à une manipulation des chiffres.

C’est un pays de 93 millions d’habitants, dont on n’a pas beaucoup parlé depuis le début de la crise du coronavirus. Un pays qui a pourtant été l’un des premiers à compter un cas officiel de Covid-19, le 23 janvier. Un cas importé de Chine : pas étonnant, le Vietnam – puisque c’est de ce pays qu’il s’agit – a une frontière commune avec son puissant voisin.

Ce qui est plus étonnant, c’est la situation trois mois plus tard. Au 22 avril, le Vietnam ne compte que 268 cas de coronavirus au total. Et aucun mort. Comme si le pays avait été littéralement ignoré par une pandémie qui, rien qu’en France, a touché près de 160 000 personnes, dont plus de 20 000 ont perdu la vie.

« C’est une véritable énigme », confie à Ouest-France Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, qui écarte d’emblée une manipulation des chiffres dont on pourrait soupçonner ce pays dirigé par un parti communiste à la poigne de fer.

« Il y a sans doute un peu plus de cas, il y a peut-être des morts dont on n’a pas connaissance dans les campagnes, renchérit une source à l’intérieur du pays. Mais s’il y avait des gens qui se rendaient massivement aux urgences, on le saurait. Il n’y a aucune entreprise gouvernementale pour masquer la situation. » Avec les réseaux sociaux, très utilisés au Vietnam, ce serait de toute façon très difficile.

Alors comment expliquer ce succès ? Voici les trois secrets du Vietnam face au Covid-19.

1. Le Vietnam a frappé fort, et vite

Au Vietnam, les écoles sont fermées depuis le 20 janvier. Non pas à cause du coronavirus, mais du Nouvel an, le Têt. Seulement, elles n’ont jamais rouvert. À titre de comparaison, en France, il a fallu attendre le 18 mars pour adopter une telle mesure.

Les frontières avec la Chine ont été fermées dès le 1er février, une décision qui prenait le contre-pied des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La France n’a pris aucune mesure en ce sens, appliquant seulement le 17 mars la décision européenne de fermeture de l’espace Schengen.

Enfin, dès le 30 janvier, un comité interministériel de crise, avec des scientifiques, est mis en place quand, chez nous, le conseil scientifique n’a été installé que le 11 mars. Les mesures d’interdiction des rassemblements de plus de 20 personnes, puis 10, et la décision de fermer les commerces non essentiels ont été prises elles aussi beaucoup plus tôt.

« Politiquement, tout cela était impossible à faire en France, analyse un membre du conseil scientifique. Alors qu’on n’avait aucune preuve de la circulation du virus, ça n’aurait pas été accepté par la population. »

Pourquoi la population vietnamienne, qui a aussi été hyper sensibilisée aux gestes barrières dès le début de l’épidémie, a-t-elle accepté ce que la population française aurait refusé ? Question de culture, dans un pays confucéen où le groupe l’emporte sur l’individu. Question politique aussi, là où le parti communiste est depuis la chute de Saïgon, en 1975, le parti unique qui impose sa mainmise sur la société.

2. Le Vietnam a frappé de façon ciblée

Ce que la population vietnamienne a accepté, c’est aussi une stratégie très ciblée d’isolement. Les cas avérés ou possibles sont systématiquement recherchés selon un processus bien rodé et qui ne souffre aucune discussion. Dès qu’un cas positif est déclaré, il est désigné comme F0 et mis en isolement à l’hôpital.

Les personnes avec qui il a été en contact, désignées comme F1, sont testées et mises en quarantaine, dans des centres de regroupement gérés par l’armée ou à l’hôpital. Et les contacts de ces contacts, désignés comme F2, sont priés de rester en quatorzaine à leur domicile. Ils n’ont pas trop le choix : « Le contrôle social est très fort, rappelle une source à l’intérieur du pays. Si quelqu’un sort de chez lui alors qu’il n’en a pas l’autorisation, il sera aussitôt dénoncé. » Si un F1 est déclaré positif, il devient F0 et ceux qui étaient alors ses F2 deviennent des F1.

Un homme se fait tester au Covid-19 dans un centre de dépistage rapide à proximité de l’hôpital Bach Mai à Hanoï, au Vietnam, le 31 mars. Photo : Nhac Nguyen / AFP

Être estampillé F0, c’est arrivé à un ancien ambassadeur de France à Hanoï, Jean-Marie Poirier. Dans un texte publié par Causeur , il se félicite de l’efficacité de la politique vietnamienne : « Testé positif au virus après deux semaines passées à Paris, j’ai été transféré à l’hôpital à 2 h du matin le 25 mars. Je n’ai développé aucun symptôme, ne suis pas malade, mais resterai à l’hôpital tant que je ne serai pas redevenu négatif. Si je suis cloué à l’hôpital, ce n’est pas pour moi, mais pour la communauté qu’il convient de protéger de ma contagiosité. Renvoyer chez lui, de surcroît sans masque, un patient diagnostiqué positif mais sans problème physique grave, est inimaginable ici. Au Vietnam, la protection du groupe l’emporte sur toute autre considération. Ma liberté individuelle attendra. »

Actuellement, environ 70 000 personnes sont en quarantaine, F1 ou F2. Des centaines d’étrangers ont été concernés, notamment après qu’un pilote britannique a fréquenté le Buddha Bar, un endroit prisé des expatriés à Hô Chi Minh-Ville. « Plusieurs dizaines se sont retrouvés en quarantaine dure, indique un Français sur place. On venait les chercher chez eux pour les mettre dans des centres de regroupement. Les conditions étaient moyennes : la nourriture était assurée, mais ils étaient dans des chambres de quatre avec une hygiène médiocre. » Deux cents Français ont été concernés en tout.

Et il n’y a aucune exception. Un officiel britannique a lui même été désigné comme F1 pendant quelques heures parce qu’il s’était retrouvé dans le même aéroport qu’un de ses compatriotes infecté.

Ce ciblage s’appuie aussi sur les nouvelles technologies : depuis le 10 mars, tous les Vietnamiens doivent remplir une déclaration sanitaire en ligne. Et une application pour détecter les contacts est en train d’être mise au point.

La France a elle aussi décidé de reprendre la main sur les chaînes de contamination, de façon certes moins coercitive, en testant et isolant les personnes testées positivement, mais seulement à partir du 11 mai. Une stratégie qui avait aussi été expérimentée dans les premières semaines, quand les cas étaient encore contenus, dans les clusters des Contamine-Montjoie et de l’Oise notamment, mais qui avait ensuite été abandonnée alors que l’épidémie se développait.

Des Vietnamiens patientent pour une distribution de riz, le 11 avril, à Hanoï. (Photo : Manan Vatsyayana / AFP)

3. Le Vietnam a su élargir ces mesures ciblées quand cela le nécessitait

Des communes entières ont également été placées en quarantaine, notamment dans le nord du pays quand la situation l’exigeait : celle de Son Loi dès le 13 février, pour 20 jours. La rue Bach Truc à Hanoï le 6 mars, pour treize jours. Ou encore Chi Trung, le 2 avril, le district de Me Linh à Hanoi le 7 avril et Ngo Khe le 8 avril.

Ces mesures ciblées ont été complétées par un confinement de tout le pays décidé le 1er avril, et qui pourrait être poursuivi jusqu’à la fin du mois : le port du masque a été rendu obligatoire en public, les sorties du domicile ont été réservées aux motifs essentiels et tous les rassemblements ont été interdits.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.