Vexin : Qui pour financer la future gendarmerie ?

Sans partenaire financier, le nouvel équipement ne pourra voir le jour. Les élus de l’intercommunalité sont prêts à taper à toutes les portes.

http://www.gazettevaldoise.fr/files/2014/02/magny-gendarmerie-OK.jpg

Actuellement située rue de Crosne, à Magny, la gendarmerie se trouve dans des locaux inadaptés. L’interco souhaite en faire une nouvelle, située près de la caserne des pompiers.

Annoncé comme l’un des grands projets de l’intercommunalité avec la Marpa-crèche le gymnase du collège Rosa-Bonheur, la gendarmerie de Magny n’en est qu’au balbutiement. Et la raison est simple : il faut trouver les financeurs.
«Aujourd’hui, une seule chose est claire : c’est un gros challenge !», sourit le président de l’intercommunalité Vexin-Val-de-Seine. Il faut dire que le coût du projet s’élève à six millions d’euros et dans les conditions actuelles, difficile de trouver les financements.

Fonds européen

Cependant, certaines choses sont acquises. Ainsi, le terrain,situé à côté de la caserne des pompiers, appartient déjà à l’interco, puisque la commune de Magny le lui a rétrocédé pour un euro symbolique. Par ailleurs, l’État s’est engagé à verser 740 000 euros mais pour le reste, c’est l’inconnu aujourd’hui. «Nous allons taper à toutes les portes, la Région, le Département et même faire appel au fonds européen», détaille Corinne Drolon, vice-présidente en charge des grands projets et maire de Bray-et-Lû. Si aucune date ne peut être fixée, les deux élus espèrent bien voir naître cette gendarmerie lors du prochain mandat. «Nous espérons qu’elle verra le jour entre 2018 et 2020. Tout est prêt, il ne reste plus qu’à boucler le montage financier», détaille la vice-présidente.

Actuellement la gendarmerie, dont la brigade est composée de 21 gendarmes, se situe rue Crosne, à Magny et tous s’accordent pour dire que les locaux ne sont plus adaptés. «Nous voulons faire quelque chose de sympa et fonctionnel car elle sera à l’entrée du chef-lieu de canton. C’est un vrai besoin et nous avons envie d’aller au bout de ce projet», poursuit le président. Avec les vingt-et-un logements prévus, cette nouvelle structure améliorera l’efficacité des interventions. «Aujourd’hui, les gendarmes sont logés un peu partout sur le canton et ce n’est pas évident pour assurer les astreintes.» Si les deux élus croient fermement à ce projet, c’est aussi parce que la future gendarmerie représente l’intérêt communautaire. «C’est le meilleur projet pour réunir les 26 communes car lutter contre la délinquance, cela concerne tout le monde», conclut Jean-François Renard. Ne reste plus qu’à convaincre les financeurs…

Source : La Gazette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.