Vannes. Embarquement sur la route de tous les excès

L’adjudant Nicolas Bietrix, adjoint au commandant du peloton motorisé de Brech et le chef Ludovic Cousin, patron de l’équipe rapide d’intervention (ERI) traquent les excès en tout genre à bord de la M

L’adjudant Nicolas Bietrix, adjoint au commandant du peloton motorisé de Brech et le chef Ludovic Cousin, patron de l’équipe rapide d’intervention (ERI) traquent les excès en tout genre à bord de la M | Maël Fabre

En ce week-end de retour de vacances, c’est dans la Mégane RS, le véhicule rapide d’intervention des gendarmes de Brec’h, que nous avons traqué les excès en tout genre sur la RN 165.

Voir arriver derrière soi la Mégane RS des gendarmes de l’équipe rapide d’intervention (ERI) est un peu le cauchemar des automobilistes en excès de vitesse.Sous le capot, 300 CV. Elle peut atteindre les 100 km/h en six secondes. De quoi dissuader beaucoup de chauffards en manque de sensations.

Ce week-end, comme tous les autres jours de la semaine, l’adjudant Nicolas Bietrix, adjoint au commandant du peloton motorisé de Brec’h, et le chef Ludovic Cousin, patron de l’ERI, vont sillonner les routes du département pour assurer la sécurité des automobilistes.Et c’est bien attachés dans la Mégane RS, un véhicule qui est avant tout un outil répressif pour les forces de l’ordre, qu’ils traqueront les excès en tout genre.

Une minute pour rattraper un fourgon

Hier après-midi, après une semaine au garage, le véhicule est revenu titiller le goudron.En planque sur une voie d’insertion entre Lorient et Vannes, les deux pilotes sont prêts à rattraper, à toute allure, un automobiliste. En moins de cinq minutes, un premier chauffard est contrôlé à 137 km/h.Le chef, Ludovic Cousin, le pilote du bolide va mettre moins d’une minute à rattraper le fourgon.« Nous devons pouvoir rattraper le véhicule sans mettre en danger la sécurité des autres automobilistes », explique l’adjudant Nicolas Bietrix. C’est à la prochaine sortie que le conducteur, un technico-commercial, est interpellé.« Je rentre de mon boulot, c’est le week-end. Je pensais à ma maison, à un tas de choses. D’habitude, j’ai un petit véhicule et là, j’ai un camion qui a 20 CV de plus », explique l’automobiliste qui s’est vu notifier une contravention de 90 € et la perte de 2 points.Pas le temps de traîner. C’est à quelques mètres de là que les gendarmes vont s’installer. Sur une autre voie d’insertion, en direction de Lorient. Un véhicule va vite interpeller le pilote. Une Opel break, chargée à bloc. Pas la peine d’appuyer sur le champignon, le véhicule roule lentement. On sent dans le regard des deux gendarmes que la situation est étrange.

Vendredi après-midi, un automobiliste a été contrôlé à 137 km/h au lieu de 110 sur la RN 165.

Vendredi après-midi, un automobiliste a été contrôlé à 137 km/h au lieu de 110 sur la RN 165. | Maël Fabre

Arrivés à sa hauteur, ils constatent que le conducteur est au téléphone. Le contrôle se fait à la prochaine sortie. « La situation est complexe. Le conducteur dit être un auto-entrepreneur et travailler pour une entreprise mais il a des factures au nom d’une entreprise. Où a-t-il acheté ce matériel ? Pour qui ? Nous allons devoir vérifier tout cela », lance l’adjudant Nicolas Bietrix. Il soupçonne une affaire de travail dissimulé. L’ouvrier est convoqué ce samedi matin au peloton.

Dissuasion et prévention

Avec ce week-end de retour des vacances, la circulation s’annonce dense sur les routes du Morbihan. Après les terribles accidents mortels de ces dernières semaines à Landaul (une jeune femme de 25 ans) et Questembert (deux jeunes tués à l’arrière d’une voiture), les gendarmes vont renforcer leurs contrôles.L’objectif est à la fois dissuasif et préventif mais aussi de sanctionner les comportements dangereux sur les routes. Pour éviter qu’un nouveau drame n’arrive.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.