Ternois: du monde, du soleil… et d’importants contrôles routiers sur la RD 939

Les gendarmes ont mis en place d’importants contrôles routiers vendredi à l’entrée du Ternois sur les Départementales 939 et 339. Dans leur viseur, la détection d’alcoolémie et de stupéfiants, et tout comportement anormal.


Les gendarmes recherchaient notamment les stupéfiants, avec l’appui du chien spécialisé dans leur détection.

Les gendarmes recherchaient notamment les stupéfiants, avec l’appui du chien spécialisé dans leur détection.

Le sous-préfet de l’arrondissement d’Arras et secrétaire général de la préfecture, Marc del Grande, est venu saluer les gendarmes à Haute-Avesnes vendredi en début d’après-midi, au moment où ils commençaient leur vaste opération de contrôles des véhicules. Celle-ci était en effet initiée par les services de la préfecture, dans le cadre d’une liaison interservices entre police et gendarmerie, pour lutter contre la délinquance routière et appréhender d’éventuels individus suspects.

Deux axes avaient été retenus pour la mise en place de ce dispositif. La Départementale 339 d’Habarcq vers Hermaville, et bien sûr la Départementale 939, un axe majeur où la circulation est toujours chargée en début de week-end. « Les gens ont l’habitude de nous voir sur la route de la mer le vendredi, mais pas forcément si tôt dans la journée », expliquait sur place le capitaine Dassonneville, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Saint-Pol. Avec lui, on dénombrait une dizaine de militaires. Sans compter l’autre dispositif déployé à Habarcq. « Nous avons mobilisé des gendarmes de toutes nos unités : les communautés de brigade, mais aussi le PSIG, la brigade de recherches, et même le chien pour la détection des stupéfiants », ajoutait le capitaine tandis que la brigade motorisée venait appuyer les forces en présence. Soit au total 24 militaires mobilisés.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’un premier cas d’individu en possession de stupéfiants soit identifié. Ce qui confirmait l’utilité de mettre l’accent sur ce délit. « On est vigilant également sur les cas d’alcoolémie manifeste bien sûr, mais ce sont les stupéfiants, voire d’autres éléments interdits comme les armes, que nous recherchons. Nous pouvons procéder à l’ouverture des coffres sur réquisition du procureur. »

Deux alcoolémies positives, vingt vitesses excessives

Au total, 92 véhicules ont été contrôlés en ce vendredi après-midi. Deux alcoolémies positives ont été constatées, une contractuelle et une délictuelle. Deux dépistages de stupéfiants ont été effectués et une personne a donc été contrôlée en possession de produits stupéfiants.

Du côté de la brigade motorisée, une vingtaine d’excès de vitesse a été constatée. Un automobiliste affichait une vitesse supérieure à 40 km/h au-delà de la vitesse autorisée, ce qui lui a valu une rétention du permis de conduire. Treize autres conducteurs ont été contrôlés à des vitesses comprises entre 20 et 30 km/h au-delà de la vitesse autorisée tandis que six camions roulaient à une vitesse excessive. Les militaires de la brigade motorisée ont également constaté un défaut de contrôle technique.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.