Stew Peters avec Karen Kingston – Une ancien employée de Pfizer confirme le poison dans le « Kill Shot » de COVID

Karen Kingston, ancienne employée de Pfizer Juillet 28, 2021

Voir la vidéo sur le lien ci-dessous

https://odysee.com/$/embed/6537/10a2a31c0fdd649f97cf27b5d47b0a47f277dc68?r=4HjWTHuKzSrKcmv43xUabAJXLVetcFjT

Karen Kingston, ancienne employée de Pfizer et analyste actuelle pour les industries pharmaceutiques et des dispositifs médicaux, a présenté une documentation incontestable qui devrait être partagée avec LE MONDE ENTIER !

Principaux points abordés :

  • Tous les «vaccins» COVID-19 sont des armes biologiques.
  • Il y a 4 nanoparticules lipidiques pégylées dans les vaccins COVID-19 (PEG = polyéthylène glycol) :
    1. un lipide de cholestérol permet aux ingrédients vaccinaux d’être transportés par le sang
    2. le phospholipide adhère à la membrane cellulaire pour la rendre perméable
    3. un lipide ionisable fournit une charge ionique positive afin que l’ARNm puisse entrer dans la cellule
    4. un lipide pégylé fabriqué par SINOPEG, une société chinoise
  • L’ARNm est très instable, il a donc besoin d’une “biosphère” pour le protéger jusqu’à ce qu’il puisse entrer dans la cellule – ceci est fourni par les nanoparticules lipidiques et l’oxyde de graphène qui est 4 000 fois plus fort que le titane, peut résister à des températures de 1 700 F, est un excellent conducteur d’électricité, et  peut accueillir un champ magnétique
  • L’oxyde de graphène n’est pas répertorié dans les demandes de brevet car a), il est toxique pour l’homme et b), car c’est l’ingrédient principal de l’hydrogel qui peut être utilisé pour créer une  interface cerveau-ordinateur  et un  système d’administration de médicaments , bien que Kingston note que ce n’est pas possible « avec cette série [de vaccins] » car « ils ont précipité cette chose » et  « ils voient juste combien ils peuvent mettre dans les gens avant qu’ils… meurent »
  • L’oxyde de graphène dans les vaccins est chargé de manière neutre (inactif), mais s’il devient chargé positivement, comme par un rayonnement électromagnétique (radiofréquence, comme les appareils sans fil, les réseaux sans fil comme la 5G, etc.), il annihilera tout il entre en contact avec et peut donc causer de grands dommages et la mort selon sa quantité dans le corps et où il se trouve
  • Plusieurs «vaccins» COVID-19 et injections de rappel peuvent augmenter la quantité d’oxyde de graphène dans le corps
  • L’étude du vaccin COVID-19 aurait dû être arrêtée lorsque, lors d’une étude avec des souris, 80% sont morts dans les 24 heures et les autres sont morts dans les prochains jours

Lien original :
https://fos-sa.org/2021/07/29/pfizer-whistleblower-karen-kingston-vaccine-ingredients/

Source : Odysee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *