Sécurité : « Il ne faut jamais hésiter à appeler les gendarmes »

117-gendarmes-sont-en-fonction-dans-les-41-communes-composant-la-10-e-circonscription-il-existe-six-brigades-territoriales-differentes-photo-d-illustration-philippe-bruchot-1526674998117 gendarmes sont en fonction dans les 41 communes composant la 10 e circonscription. Il existe six brigades territoriales différentes. Photo d’illustration Philippe BRUCHOT

C’est l’un des thèmes du quotidien qui préoccupe le plus la population. Jeudi soir, à Craponne, le député de la 10e  circonscription, Thomas Gassilloud, a conduit un débat sur la sécurité. 117 gendarmes sont en activité à l’échelle de ce territoire de 41 communes rurales et urbaines, qui comporte six brigades territoriales : Vaugneray, Saint-Laurent-de-Chamousset, Francheville, Brignais, Saint-Genis-Laval et Saint-Symphorien-sur-Coise, commandées par deux compagnies : L’Arbresle et Givors.

Un territoire aux problématiques diverses

« La menace a un spectre très large », a confié le commandant de la compagnie de L’Arbresle, Olivier Rigal. De la fermeture d’une mosquée salafiste à L’Arbresle en 2015 (elle a rouvert depuis) aux petites incivilités du quotidien, la délinquance va « du très haut au très bas ». Le nombre d’interventions d’une brigade à une autre est important : 800 à Saint-Laurent-de-Chamousset en 2017, contre 2 160 à Saint-Genis-Laval. Si l’Ouest Lyonnais est un secteur jugé « favorisé » en matière de délinquance, un point noir subsiste : les cambriolages. Le commandant insiste : « On a besoin de la population. Vous êtes nos yeux et nos oreilles pour nous orienter : il ne faut jamais hésiter à appeler les gendarmes. Nous manquons d’appels sur des faits qui mériteraient d’être signalés. »

Les gendarmes misent sur la proximité

La création d’un groupe de contact au sein de la gendarmerie a été rappelée. « On entendait souvent dire que les gendarmes ne s’arrêtaient plus chez les commerçants ou les entreprises, poursuit Olivier Rigal. Ce groupe est fait pour renouer le lien. »

Toujours sur la proximité, Céline Naquin, chef de projet sûreté à Métropole Habitat, a dévoilé le dispositif interbailleurs actuellement en vigueur dans certaines résidences : « Des agents de sécurité sont déployés sur certains sites en proie à des problèmes de délinquance. Ils sont là pour rappeler le règlement des résidences. » Dans 20 communes de la Métropole, 4 408 interventions ont été effectuées en 2017.

Le rôle de la police municipale en question

Plusieurs interrogations du public ont porté sur les missions des polices municipales. « Elles sont différentes en fonction des communes, a répondu le maire de Craponne, Alain Galliano. Nos policiers font de la prévention et assurent la sécurité des habitants. » Mais avec des moyens plus limités que les gendarmes. « Nous avons des échanges au quotidien avec les policiers », a souligné le commandant de gendarmerie.

Autre question : l’utilité des caméras de vidéo protection. « Une grande partie des affaires élucidées le sont grâce aux caméras », ont indiqué les gendarmes. « Ce sont des investissements importants, mais cela vaut le coup », a ajouté Alain Galliano, dont la commune en compte 20.

Concernant les effectifs, des renforts de sécurité sont attendus ces prochaines années en France, et peut-être sur la 10e  circonscription. « Le député de la 1re  circonscription et membre de la commission de lois Thomas Rudigoz a annoncé le recrutement de 10 000 policiers et gendarmes d’ici à la fin du mandat d’Emmanuel Macron. »

Le concept

Cette seconde réunion publique, orchestrée par le député Thomas Gassilloud et son comité de circonscription, portait sur la sécurité. À ses côtés, plusieurs experts en la matière étaient conviés pour débattre et répondre aux interrogations du public. Des questions pouvaient également être posées via les réseaux sociaux et par SMS. « L’objectif de ce type de rendez-vous est de permettre aux citoyens d’exprimer leur avis. Cela renforce le lien entre le local et le national », a souligné le député, qui organisera d’autres réunions similaires.

Des rendez-vous pour « permettre aux citoyens d’exprimer leurs avis »

Des experts étaient présents pour répondre aux questions du public. Photo Yoann TERRASSE
Des experts étaient présents pour répondre aux questions du public. Photo Yoann TERRASSE

Cette seconde réunion publique, orchestrée par le député de la 10e  circonscription, Thomas Gassilloud, et son comité de circonscription, portait sur la sécurité. À leurs côtés, le député de la 1re circonscription, Thomas Rudigoz, le commandant de gendarmerie, Olivier Rigal, le chef de projet sûreté à la Métropole, Céline Naquin, et le maire de Craponne, Alain Galliano, étaient conviés pour débattre et répondre aux interrogations du public. Des questions pouvaient également être posées via les réseaux sociaux et par SMS. « L’objectif de ce type de rendez-vous est de permettre aux citoyens d’exprimer leur avis. Cela renforce le lien entre le local et le national », a souligné Thomas Gassilloud, qui organisera d’autres réunions similaires.

Source : Le Progrès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.