Satisfaction et étonnement : Le président de l’ ADEFDROMIL-GEND s’interroge…

Dans le cadre de la lutte contre le harcèlement sexuel dans les armées, Paul MORRA président de l’ADEFDROMIL-GEND se demande “où sont passées les APNM ?”

 

Armée Média

 

http://www.armee-media.com/wp-content/uploads/2015/11/Harcelement-sexuel.jpg

C’est avec satisfaction et étonnement que l’APNM ADEFDROMIL-GEND a constaté la mise en ligne d’un vade-mecum des bonnes pratiques et obligations dans le cadre de la lutte contre le harcèlement sexuel au sein du ministère de la défense.

  • Satisfaction :

Rappelons à cet effet, que le harcèlement moral et le harcèlement sexuel au sein de la communauté militaire ont obtenu une reconnaissance légitime d’intérêt collectif grâce à l’action et l’expertise de l’ADEFDROMIL AIDE AUX VICTIMES ayant conduit le législateur a inséré dans le code de la défense les articles L4123-10 et suivants. ( LOI n°2014-873 du 4 août 2014 – art. 42):

Au niveau de Ministère de la Défense, c’est dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action contre les harcèlements, violences et discriminations sexuels du 15 avril 2014, qu’il est créé par décision N° 6877/DEF/CAB du 21 juillet 2014, la cellule THEMIS au sein du contrôle général des armées.

Le vade-mecum mis en ligne est un point positif, notamment pour l’enseignement pédagogique qu’il apporte aux lecteurs tout en sachant que ce type de sujet est très complexe d’autant plus au sein des armées où le poids de la hiérarchie est très lourd et l’expression des victimes très difficile malgré toutes les structures mises en œuvre.

C’est la raison pour laquelle, il est primordiale pour les victimes fragilisées et souvent craintives de pouvoir se confier auprès d’interlocuteurs neutres et externes aux institutions militaires.

  • Étonnement :

En ce qui concerne le soutien en dehors du ministère de la défense, le vade-mecum cite 3 associations et une fédération d’aide aux victimes en soulignant qu’actuellement, aucune association ne paraît prendre spécifiquement en charge le harcèlement sexuel à l’égard des hommes.

A cet effet, nous rappelons au ministère de la défense qu’il est regrettable de constater que l’APNM ADEFDROMIL-GEND ayant dans son objet la préservation et la promotion de la condition militaire et publiant régulièrement des articles sur le harcèlement sur son site : armée média, le journal de l’APNM ADEFDROMIL-GEND ait été oubliée dans les intervenants extérieurs.

Pour lire l’article mis en ligne le 23 novembre 2015  » Le harcèlement au sein des armées : un sujet d’intérêt collectif pour les  APNM »  cliquer [ICI]

Nous nous étonnons également de l’absence de l’ADEFDROMIL AIDE AUX VICTIMES dont l’expertise en la matière ne saurait être remise en cause. Dernièrement, l’affaire de Joigny a démontré une nouvelle fois son implication dans ce domaine.

Rappelons que beaucoup de militaires victimes de harcèlement moral ou sexuel s’adressent à nous pour se confier et être orientés dans leurs démarches

Il doit certainement s’agir d’un oubli. Il est encore temps de le réparer

Nos coordonnées :

APNM ADEFDROMIL-GEND – Tél : 06/18/35/38/90

Paul MORRA

Lieutenant de gendarmerie MORRA Paul, président de l’APNM ADEFDROMIL-GEND

Logo adefdromil-gend finalise

Source : Armée-Média

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *