Saint-Pierre-d’Oléron : Le maire annonce la réouverture des plages le 11 mai

Le maire de Saint-Pierre-d’Oléron veut rouvrir les plages de sa commune dès le 11 mai. L’élu a même écrit au Président de la République pour lui faire part de sa décision.

870x489_20200307_121839_1

Plage de Saint-Pierre d’Oléron – Christophe Sueur
Les plages de la commune de Saint-Pierre, dans l’Ile d’Oléron, rouvriront à partir du 11 mai, annonce Christophe Sueur, le maire de la commune. L’élu a même adressé un courrier en ce sens lundi au Président de République.
Christophe Sueur l’assure : il prendra un arrêté municipal pour rouvrir l’accès aux plages de sa commune, dès le 11 mai, malgré la décision du gouvernement des les laisser fermées. “Ce n’est pas par un coup de colère, ou de disgrâce, que je souhaite prendre cet arrêté municipal, c’est que je veux faire prendre conscience qu’aujourd’hui, on est en train de restreindre une population qui vit en bordure de mer, par inquiétude d’une population qui n’est pas là et qui risque de venir“, s’insurge le maire. Christophe Sueur qui ne comprend pas que les balades en forêts ou dans les jardins publics soient de nouveau autorisées à partir du 11 mai et que les plages restent fermées. Il juge ce déconfinement “inéquitable“.

“La notion de droit, ça va s’expliquer après le 11 mai”

Pour le maire de Saint-Pierre-d’Oléron, “les plages restent nos jardins publics, nos parcs et nos jeux de loisirs, c’est un lieu de vie” et dans son courrier adressé au Chef de l’Etat, il va même jusqu’à écrire : “il s’agit d’une nécessité, une mesure vitale, pour une respiration d’un air ventilé et pur“.

Reste que l’ouverture des plages est du ressort du préfet du département, qui a compétence dans une  bande des 300 mètres tout au long du littoral. Christophe Sueur ne s’en émeut aucunement, et rétorque : “la notion de droit, ça va s’expliquer après le 11 mai entre la préfecture et moi-même, avec nos cabinets juridiques, et on verra ce que le droit dira“. Le maire de Saint Pierre-d’Oléron espère que d’ici le 11 mai, des solutions seront trouvées, “ensemble”, avec les services de l’Etat pour trouver des portes de sortie.
Le préfet de Charente-Maritime Nicolas Basselier rappelle de son coté que, que les arrêtés des maires pour lever l’interdiction d’aller à la plage sont illégaux et que toute personne qui se rendrait en bord de mer s’exposerait à être verbalisée.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *