Saint-Germain-du-Bel-Air. Les élus manifestent pour la gendarmerie

Les élus déterminés face à la suppression de la gendarmerie de Saint-Germain-du-Bel-Air.

Les élus déterminés face à la suppression de la gendarmerie de Saint-Germain-du-Bel-Air.

Comme ils l’avaient annoncé (voir article de samedi 26) les élus du canton de Saint-Germain-du-Bel-Air et d’autres communes avoisinantes se sont rassemblés devant la gendarmerie du chef-lieu de canton samedi à 17 heures.

Avec à leur tête le maire, Patrick Labrande ; la conseillère générale, maire d’Uzech-Les-Oules, Danielle Deviers ; et la présidente de la communauté de communes Quercy-Bouriane, Marie-Odile Descamp, également maire de Gourdon ; ils ont déployé une banderole pour confirmer l’attachement des élus à leur gendarmerie et leur hostilité à son éventuelle suppression, évoquée lors d’un entretien en mairie le 2 avril dernier, par le colonel Thiry.

La motion, adoptée à l’unanimité par l’ensemble du conseil municipal lors d’une réunion le jeudi 24 avril, précise que : «Cette évolution est inacceptable pour les élus du canton et bien plus encore pour ceux de la commune de Saint-Germain, qui sont surpris de l’absence de concertation en amont de cette annonce, et s’interrogent sur les critères retenus pour envisager cette décision. Ils soulignent que l’absence de forces de sécurité sur le canton traduirait un recul du service public accentuant les inégalités territoriales. Les élus estiment, au contraire, nécessaire le maintien de la gendarmerie, et rappellent que depuis la création de celle-ci à Saint-Germain, les gendarmes et leurs familles sont membres à part entière de la vie locale.

Par cette motion, ils demandent que soit prise en considération la spécificité de la commune de Saint-Germain-du-Bel-Air et de son canton. Ils souhaitent le maintien de la brigade de gendarmerie à laquelle la population est très attachée, afin de ne pas aggraver le phénomène de désertification en zone rurale qui menace de façon insidieuse les services publics et la sécurité des habitants. En conséquence, ils marquent leur opposition ferme et résolue à ce projet de fermeture et demandent le maintien de la brigade de gendarmerie à Saint-Germain».

La manifestation de ce samedi concrétisait ces mots par des visages d’élus qui sont la représentation de centaines de citoyens Bourians.

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.