Saint-Félix-Lauragais Le maire apprend la fermeture de la gendarmerie… six heures avant celle-ci !

Depuis mercredi 2 septembre, il n’y a plus de brigade de gendarmerie à Saint-Félix-Lauragais. Une décision dont le maire André Rey attend toujours d’être informé officiellement…

Le maire André Rey a appris la fermeture de la gendarmerie de Saint-Félix-Lauragais six heures avant sa fermeture effective.
Le maire André Rey a appris la fermeture de la gendarmerie de Saint-Félix-Lauragais six heures avant sa fermeture effective.

 

La gendarmerie de Saint-Félix-Lauragais a fermé ses portes mardi 1er septembre à minuit. Une décision qui était dans l’air depuis un petit moment mais qui n’a fait l’objet d’aucune information officielle en direction des élus et notamment du premier concerné, André Rey, le maire de Saint-Félix-Lauragais. Ce dernier a en effet appris cette décision six heures seulement avant qu’elle ne soit appliquée.

Joint par téléphone, ce lundi matin, le maire de Saint-Félix-Lauragais ne décolère pas : “Une semaine après cette fermeture, je n’ai toujours pas le moindre document officiel actant cette fermeture, que ce soit un courrier ou un simple mail. J’ai appris officieusement par un coup de téléphone reçu mardi dernier à 17h45 que la brigade fermerait ses portes le soir même à minuit. Ce qui m’énerve au plus haut point, c’est la façon de faire qui est particulièrement cavalière. D’autant plus de la part d’une institution comme la Gendarmerie pour laquelle nous avons le plus grand des respects et avec laquelle nous avions plutôt l’habitude de travailler en confiance.”

André Rey n’a “plus de son, ni d’image” depuis plusieurs mois

Si la fermeture de la brigade de Saint-Félix-Lauragais est tout sauf une surprise pour le maire de Saint-Félix-Lauragais qui avait été averti de cette possibilité il y a plusieurs mois déjà, l’élu a du mal  comprendre la brutalité avec laquelle a été acté le départ des gendarmes. “Il y a quatre ou cinq mois j’avais été convoqué par l’ancien commandant de région pour m’annoncer que la brigade de gendarmerie fermerait ses portes au mois de juillet. J’avais avancé mes arguments en retour et j’avais pu obtenir que les familles de gendarmes restent logées à Saint-Félix-Lauragais, au moins jusqu’à la fin de l’année 2016. Depuis ce moment-là, je n’ai plus de son, ni d’image… Aucune autre information n’est arrivée jusqu’à moi et quand j’ai vu qu’au mois de juillet la brigade continuait à fonctionner normalement, j’ai même pensé que la décision de la fermeture avait été reportée”, raconte le maire de Saint-Félix.

Et c’est finalement ce coup de téléphone reçu mardi 1er septembre qui est venu informer le maire de Saint-Félix-Lauragais. “Il me semble que l’on n’est quand même pas en temps de guerre et qu’il n’y avait pas une urgence nécessitant que l’on prenne cette décision aussi brutalement, sans même en avertir les élus… Tout ce que je sais, c’est qu’il y a un arrêté du ministère de l’intérieur en date du 31 août qui indique qu’il n’y aura plus de bureau ni de brigade à Saint-Félix-Lauragais le 1er septembre à minuit. Et quand j’ai appelé les instances de la gendarmerie pour avoir des explications, on m’a répondu que l’on m’avait informé il y a plusieurs mois déjà… Alors certes, la brigade n’assurait une permanence qu’une fois par semaine. Mais sur le principe, je n’accepte vraiment pas la manière de faire ! Il y a eu du changement au niveau des instances de la gendarmerie. Il y a ceux qui ne sont plus là et ceux qui arrivent et sont peut-être un peu gênés par la situation… J’ai l’impression qu’on a profité un peu de ce contexte pour acter la décision au plus vite, afin que personne n’en assume vraiment la responsabilité”, peste André Rey.

Des changements aussi pour Caraman et Villefranche

Le maire de Saint-Félix-Lauragais précise par ailleurs n’avoir à l’heure actuelle aucune information quant à la promesse qui lui avait été faite quant au maintien jusqu’à la fin de l’année 2016 des familles de gendarmes dans leurs logements. “Il y a quatre à cinq familles de gendarmes qui habitent à Saint-Félix. Et ce sont plutôt de jeunes familles… Je crains donc notamment pour les effectifs de l’école. Mais pas seulement… Il y aura forcément à un certain moment des conséquences par ricochets”, note l’édile.

L’autre information qui découle de la fermeture de la brigade de Saint-Félix-Lauragais, c’est la totale refonte de l’organisation de la gendarmerie dans le Lauragais. En effet, la brigade de Caraman qui fonctionnait en communauté de brigades avec celle de Villefranche-de-Lauragais, se voit désormais rattachée à la brigade de Revel. Et dans le même temps, les communes de Juzes, Bélesta-Lauragais et Mourvilles-Hautes passent désormais sous compétence territoriale de la brigade de Villefranche-de-Lauragais. Alors qu’elles dépendaient jusque-là de la communauté de brigades de Revel…

Gilbert Hébrard : “C’est à ne plus rien y comprendre !”

Et là aussi, les élus du secteur semblent avoir été mis devant le fait accompli ou presque. Comme en témoigne Gilbert Hébrard, le conseiller départemental du canton de Revel et maire de Vendine : “Comme la plupart des maires, j’ai été informé que ce changement était effectif par un coup de téléphone venant des gendarmes de la brigade, du fait de l’amitié et des très bonnes relations que nous entretenons avec eux… Mais je n’ai eu aucune communication officielle. Je déplore vraiment ce manque d’information des élus locaux qui apprennent ces changements en catimini, alors que la collaboration entre élus et la gendarmerie me semble quand même primordiale et qu’elle fonctionne d’ailleurs parfaitement au quotidien localement. Et puis il faudra aussi m’expliquer la cohérence d’un tel découpage qui sépare la brigade de Caraman de celle de Villefranche-de-Lauragais pour la rapprocher de celle de Revel, au moment même où l’on parle de rapprocher les communautés de communes de Villefranche-de-Lauragais et Caraman… C’est à ne plus rien y comprendre !”

Contacté par nos soins, le groupement de gendarmerie de la Haute-Garonne nous a indiqué ne pas souhaiter répondre pour le moment à notre sollicitation.

Source : Voix du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.