Rennes. Le chauffeur tué par un tir de policier

L’homme qui a tenté de fuir un contrôle de police dimanche matin à Rennes est décédé des suites d’une blessure par balle.

L’homme retrouvé mort dimanche matin dans la voiture accidentée avenue Janvier à Rennes est décédé du tir de balle d’un policier. L’autopsie pratiquée ce lundi a permis de lever le doute sur la cause exacte de ce décès. C’est ce qu’a annoncé ce lundi le procureur de la République de Rennes, Nicolas Jacquet, en conférence de presse.

Deux balles tirées

« La balle est passée sous son omoplate, a traversé l’aorte, puis atteint le cœur », a précisé le procureur. Les déclarations des policiers et des témoins directs viennent aussi confirmer cette version. Les deux agents de la police des frontières avaient tiré chacun une balle lorsque le chauffard venait de renverser l’un de leurs collègues place de la Gare.

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/07/31/rennes-le-chauffard-tue-par-un-tir-de-policier_3545794_540x360p.jpg

Au bout de 500 mètres de fuite, le conducteur avait perdu le contrôle de la Renault Twingo grise, avant d’effectuer des tonneaux et de s’immobiliser devant les grilles du lycée Emile Zola vers 8 h. Son passager, âgé de 20 ans, était sorti indemne du véhicule avant de se rendre à la police. Les médecins du SAMU ne pouvant que constater la mort du chauffeur.

29 condamnations

Il s’agissait d’un Rennais âgé de 26 ans. « Il avait été condamné à 29 reprises pour des atteintes aux biens et personnes, refus d’obtempérer, conduites sans permis. Il était recherché par la justice pour effectuer une peine cumulée de dix mois d’emprisonnement. Ce qui peut expliquer sa tentative de fuite face aux policiers », a poursuivi Nicolas Jacquet. L’autopsie a révélé un taux d’alcoolémie de 1,19 g/litre de sang, et la présence de stupéfiants.

Ouverture d’une enquête

Le chauffeur n’est pas l’auteur des troubles survenues autour de la gare au petit matin. C’est le passager, en réalité propriétaire de la Twingo, fou de rage de se voir piquer les clefs de sa voiture par son compère, qui a renversé des tables et scooters. Il est remonté dans le véhicule pour tenter de raisonner le conducteur. En vain.

L’enquête va se poursuivre pour déterminer qui, des deux policiers, est l’auteur du tir mortel. Mais le procureur a précisé que « d’après les premiers éléments, les conditions légales d’usage d’une arme étaient réunies. Il s’agit d’une réaction à la menace de la vie d’un collègue. Et ils voulaient stopper le véhicule qui pouvait percuter d’autres piétons. « Selon les propos du passager, rapporté par le procureur, « le chauffeur a accéléré et percuté volontairement le policier ».

Une enquête confiée à la police judiciaire a été ouverte pour tentative d’homicide sur les fonctionnaires de police. Et l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) a été saisie « pour déterminer les circonstances d’usage des armes par les services de police. »
Source :  Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.