Quimperlé. Braquage… à 10 m de la gendarmerie

Une dizaine de mètres à peine séparent le tabac-presse de l'entrée de la...

Une dizaine de mètres à peine séparent le tabac-presse de l’entrée de la gendarmerie. Une aubaine pour le commerçant, mais une mauvaise pioche pour le braqueur amateur !

Hier, tôt dans la matinée, un homme encagoulé s’est présenté à l’entrée du tabac-presse Le Mag Presse, à Quimperlé. Il a pris à partie le buraliste qui, loin de se démonter, a menacé d’appeler les forces de l’ordre sur le champ. Il faut dire que la gendarmerie se trouve à moins de 10 m de son commerce… Sans demander son reste, le « braqueur » a préféré prendre la fuite.

Il était environ 6 h 45, hier, quand le propriétaire du Mag Presse, un tabac-presse situé au 3 rue de la Paix, en basse-ville de Quimperlé, a été visé par un braqueur.

« J’appelle les flics ! »

Franck Le Mauff était occupé au fond du magasin quand une silhouette est apparue dans l’encadrement de la porte, le visage dissimulé sous une cagoule. Ne sachant pas trop à qui il avait affaire, le propriétaire du magasin, loin de céder à la panique, a interpellé le visiteur, manifestement animé de mauvaises intentions, en lui demandant d’ôter sa cagoule. C’est à ce moment-là que l’homme a pointé vers le buraliste ce qui ressemblait à une arme de poing. « J’appelle les flics ! », a promptement réagi Franck Le Mauff, le téléphone en main. Le braqueur potentiel a immédiatement pris la poudre d’escampette, sans demander son reste. Il faut dire que la gendarmerie se trouve juste en face du commerce, à quelque dix mètres de là, de l’autre côté de la rue…

Un braqueur amateur ?

Cette même gendarmerie a très vite déployé une douzaine d’hommes. Elle orientait ses recherches vers une piste locale, l’acte avorté n’étant vraisemblablement pas à mettre au crédit d’une bande organisée…

Source :  Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.