ONU : Dmitry Polyanskiy alerte sur les provocations chimiques en Ukraine

Remarques à la presse du premier représentant permanent adjoint auprès de l’ONU, Dmitry Polyanskiy, suite à la discussion du Conseil de sécurité sur les provocations chimiques en Ukraine – 2 mars 2022

Dmitry Polyanskiy

Source: Mission permanente auprès de l’ONU

Dmitry Polyanskiy : À l’initiative de la Russie, le Conseil de sécurité a discuté aujourd’hui, dans le cadre de l’AOB, de la menace de provocations chimiques en Ukraine.

À notre grand regret, nos prédictions concernant les groupes nationalistes radicaux ukrainiens qui se préparent à organiser des provocations chimiques sur les territoires qu’ils contrôlent se réalisent.

Dans la soirée du 21 mars, une provocation planifiée par les nationalistes ukrainiens a eu lieu à Sumy, entraînant une fuite d’ammoniac dans l’usine Sumyhimprom. Selon l’administration régionale de Sumy, il n’y a ni risque pour les habitants de Sumy, puisque les masses d’air se déplaçaient « au large de la ville », ni victimes.

Nous avons mis en garde la communauté internationale contre ces provocations à de nombreuses reprises, tant à l’OIAC qu’au Conseil de sécurité de l’ONU. Pourtant, le 10 mars, nous avons soumis au Conseil un document officieux sur plusieurs scénarios de provocations chimiques sous faux drapeau que les radicaux ukrainiens s’apprêtent à mettre en scène avec l’aide des services de renseignement occidentaux et de sociétés militaires privées afin d’accuser la Russie d’avoir prétendument utilisé des « armes chimiques ».

Nous avons spécifiquement mis en garde contre la provocation prévue par les radicaux à l’usine chimique de Sumyhimprom dès le 19 mars. Notre ministère de la Défense a rapporté lors du briefing ouvert que les nationalistes ont miné les installations de stockage d’ammoniac et de chlore afin d’empoisonner les habitants de la région de Sumy si les forces armées russes entrent dans la ville.

Nous avons également averti que les militants ukrainiens ont apporté des conteneurs contenant des substances chimiques toxiques dans le bâtiment de l’école primaire du village de Kotlyarovo dans la région de Nikolaev. Il est prévu de les faire exploser à l’approche des forces armées russes.

Les déclarations du régime de Kiev selon lesquelles l’usine susmentionnée a été « bombardée » par les forces armées russes ne sont rien d’autre qu’une fausse désinformation délibérée pour couvrir leurs actions qui mettent en danger la vie des civils.

Nous tenons à réaffirmer que les Forces armées de la Fédération de Russie n’ont jamais planifié ni effectué de frappes contre des installations ukrainiennes où des substances toxiques sont stockées ou produites. L’armée russe assure la sécurité de ces objets sur les territoires libérés des groupes radicaux.

Nous sommes profondément préoccupés par les récents développements à Sumy ainsi que dans d’autres régions concernant les provocations chimiques organisées par les groupes nationalistes ukrainiens. Étant donné que le régime de Kiev n’a jamais respecté la Convention sur les armes biologiques, qu’il a développé un programme biologique militaire avec l’aide des États-Unis et qu’il cherche à se doter d’armes nucléaires, il est clair que les autorités nationalistes ukrainiennes, encouragées par les pays occidentaux, ne reculeront devant rien pour intimider leur propre peuple et organiser des attaques sous faux drapeau pour accuser la Russie.

Nous observons un schéma familier en Ukraine, similaire aux incidents chimiques orchestrés en Syrie, qui ont été mis en scène par des groupes terroristes avec l’aide des services de renseignement occidentaux et de célèbres ONG comme les « Casques blancs » et utilisés comme prétexte pour accuser les autorités syriennes d’utiliser des armes chimiques.

Il existe des preuves alarmantes que d’autres provocations chimiques par les radicaux en Ukraine, qui mettent en danger la vie et la santé des civils, vont suivre. Au cours d’une opération militaire spéciale, notre armée de défense a obtenu la documentation de combat de la 4e brigade de la Garde nationale ukrainienne avec une carte avec les coordonnées de tous les objets où des substances toxiques sont stockées ou produites sur le territoire de l’Ukraine, ainsi que les données sur les types de substances spécifiques. Je tiens à souligner que le régime nationaliste de Kiev, ainsi que ses commanditaires, seront directement responsables et devront répondre de tout incident éventuel avec les installations ukrainiennes de stockage de substances toxiques.

Q : L’Occident et les États-Unis ont nié avec véhémence l’existence d’armes chimiques ou biologiques en Ukraine, tout comme les Ukrainiens. Les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont déclaré qu’ils pensaient que les avertissements répétés de la Russie à ce sujet étaient une opération sous faux drapeau visant à lancer des armes chimiques et biologiques en Ukraine. Quelle est votre réponse à cela ?

R : Les faits prouvent le contraire. Nous avons organisé deux réunions du Conseil de sécurité sur les laboratoires biologiques en Ukraine. Nous avons présenté des preuves (d’autres sont à venir) que les États-Unis mettaient en œuvre un programme secret d’armes biologiques avec l’aide des Ukrainiens. Parfois, les Ukrainiens n’étaient même pas conscients de ce qu’ils faisaient. Il y a des centaines de laboratoires américains dans le monde entier et nous ne savons pas ce qui s’y passe. Les documents que nous avons obtenus, malheureusement ils nous rendent de plus en plus pessimistes. Encore une fois, il y a plus à venir sur les biolabs.

Quant aux armes chimiques, je pense qu’il ne faut pas oublier que la Russie s’est débarrassée de ses armes chimiques, ce qui a été confirmé par l’OIAC. En fait, le seul pays qui possède encore officiellement des armes chimiques est les États-Unis. Les États-Unis ont un long passé d’utilisation d’armes chimiques – il suffit de se souvenir du Viet Nam. Je comprends que la mémoire de nos collègues américains se limite généralement aux quatre années de l’administration actuelle, mais la mémoire du monde est bien plus profonde que cela. C’est pourquoi nous avons toutes les raisons d’être prudents.

Nous parlons de faits concrets de nationalistes ukrainiens utilisant l’ammoniac comme une arme possible. Les faits sont sous vos yeux. Les citoyens de Sumy savent que cela s’est produit. Ce n’est pas un problème de détecter une éventuelle frappe sur cette installation, ce qui n’a pas été le cas. C’est donc un fait avéré que nos collègues occidentaux mènent une campagne de désinformation contre la Russie.

Q : Pourquoi maintenant ? Pourquoi venez-vous parler de l’utilisation présumée d’une arme chimique potentielle par les Ukrainiens ? Pensez-vous qu’une telle attaque en Ukraine est imminente ? Et quelle est votre réponse aux remarques du Secrétaire général ce matin, selon lesquelles cette guerre est ingagnable et qu’il est préférable pour la Russie de s’asseoir à la table des négociations dès maintenant plutôt que plus tard ?

R : Cette provocation a eu lieu dans la nuit du 21 mars. Nous en avions averti le 19 mars et avant. Nous avons spécifiquement mis en garde contre ce plan. C’est pourquoi je suis ici pour vous présenter ces faits maintenant et vous avertir qu’il pourrait y avoir d’autres provocations chimiques à venir et qu’ils essaieront de rejeter la faute sur la Russie.

Quant aux paroles du Secrétaire général, bien sûr que la guerre est mauvaise. Mais si vous écoutiez attentivement ce que nous avons dit lorsque nous avons donné les raisons pour lesquelles cette opération a commencé, vous comprendriez qu’elle a commencé pour mettre fin à une autre guerre, qui avait continué pendant 8 ans. Toutes les autres options étaient épuisées, et il n’y avait pas d’autre moyen de garantir que les populations et les infrastructures civiles de l’est de l’Ukraine cessent de souffrir des bombardements ukrainiens. Mes dirigeants ont donc pris cette décision.

Q : Pourriez-vous nous donner des informations sur la résolution humanitaire [sur l’Ukraine] ? Prévoyez-vous de procéder à un vote demain ?

R : Oui, nous le faisons.

Q : Et sur le projet sud-africain qui circule actuellement pour l’Assemblée générale ?

R : Je ne suis pas Sud-Africain, je ne peux pas parler en leur nom.

Q : Est-ce que vous vous coordonnez avec eux sur ce sujet ?

R : Absolument pas.

Q : L’ambassadeur Nebenzia a eu un appel téléphonique avec des membres du mouvement de non-alignement aujourd’hui. Était-ce au sujet de cette résolution ?

R : Non, c’était pour expliquer notre position. Nous le faisons régulièrement, et pas seulement à cette occasion. Lorsque l’on travaille aux Nations unies, je pense qu’il est normal d’expliquer sa position à un plus grand nombre de membres. C’est ce que nous faisons.

Q : Compte tenu de votre préoccupation concernant les armes biologiques, accepteriez-vous une cessation des hostilités si l’ONU devait enquêter et examiner ces installations ? La Russie y serait-elle favorable ?

R : Nous avons proposé un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui sera voté demain. Ce sera une bonne occasion de voir si nos collègues occidentaux se soucient vraiment des choses qu’ils promeuvent dans leurs déclarations, car elles figurent toutes dans notre résolution. Nous verrons s’ils sont sérieux à ce sujet ou si ce n’est qu’un faux drapeau pour eux.

Q : Les nations occidentales ont clairement indiqué qu’elles ne soutiendraient pas votre projet au Conseil, et l’on s’attend donc à ce qu’il échoue. A l’Assemblée générale, il y a deux projets : un des pays occidentaux et un de l’Afrique du Sud. Soutiendriez-vous l’un des deux à l’AG ?

R : Si les nations occidentales ne soutiennent pas notre projet, cela reflétera leur hypocrisie, car parler est une chose, et prendre une décision en est une autre. Tout le monde comprend que pour aider les agences humanitaires, le Conseil de sécurité doit dire sa position et leur donner des instructions. C’est ce que nous proposons, sans aucune politisation, comme dans toutes les autres résolutions humanitaires que le Conseil de sécurité a adoptées. Nous ne comprenons pas pourquoi les gens disent une chose, mais agissent différemment.

Quant aux deux résolutions humanitaires, franchement, nous ne savons pas quelle est la valeur ajoutée des résolutions humanitaires de l’Assemblée générale. Nous ne voulons pas qu’elles, en particulier le projet occidental, se transforment en un autre document partial anti-russe. Nous pensons que nous n’avons pas besoin de tels documents. Nous allons donc définir notre position sur ces prémisses.

Q : L’ONU, qui travaille sur la situation humanitaire en Ukraine, demande une cessation immédiate des hostilités. La Russie est-elle prête à le faire sans une résolution du CSNU ?

R : Je peux répéter ma réponse. La Russie soumet au Conseil de sécurité des Nations unies un projet qui prévoit un cessez-le-feu négocié.

Q : Et sans résolution ?

R : J’ai déjà expliqué le raisonnement. Nous avons lancé cette opération militaire pour poursuivre certains objectifs et mettre fin à la guerre dans l’est de l’Ukraine. Nous devons continuer à mettre en œuvre ces objectifs, car sinon la guerre ne prendra jamais fin. Il était illusoire de penser qu’il n’y avait pas de guerre depuis 8 ans. On a essayé de l’ignorer, mais la guerre était là. Demandez aux habitants de l’est de l’Ukraine et vous verrez de nombreuses preuves que la guerre se poursuivait et faisait des victimes, y compris des enfants. Ce n’est pas en déclarant un cessez-le-feu demain que les choses se résoudront. Il faut une solution plus sérieuse et plus complexe, et c’est ce que nous essayons de faire.

Q : Le président Zelensky a récemment déclaré qu’il était prêt à discuter et à examiner le statut de la Crimée et du Donbas. Il a également évoqué l’option de ne pas rejoindre l’OTAN. S’agit-il d’assurances pour votre pays qui mène cette opération militaire ?

R : Nous avons entendu beaucoup de déclarations du président Zelensky, certaines d’entre elles contredisant les autres. Une équipe de mes collègues s’occupe de négocier avec la partie ukrainienne et évalue si elle est sérieuse ou non pour discuter de choses réelles. Jusqu’à présent, ils ne sont pas très enthousiastes quant à l’approche de la partie ukrainienne.

Q : On dit que 10 000 soldats russes ont été tués. Savez-vous combien d’entre eux sont morts ?

R : J’ai vu différents chiffres. Notre ministère de la Défense fournit des mises à jour à ce sujet que vous pouvez consulter. Mais c’est loin de ce que vous dites. Ne croyez pas tout ce qui est dit sur Internet. Malheureusement, cela ne reflète pas ce qui se passe.

Q : Le changement de régime est-il votre seul objectif en Ukraine ?

R : Le changement de régime n’a jamais été notre objectif. Ce que nous voulons, c’est dénazifier l’Ukraine, mais nous disions dès le début que Zelensky reste le président de l’Ukraine.

Source: Mission permanente auprès de l’ONU

(Traduit de l’anglais par Arrêt sur info)

Source : Arret sur Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.