Oise : après la mort de trois gendarmes, l’enquête se poursuit

Trois jeunes gendarmes ont trouvé la mort vendredi soir à Berneuil-en-Bray quand leur véhicule de fonction est entré en collision avec une camionnette.

Trois gendarmes ont trouvé la mort à la suite d'une collision.

Après le choc, l’enquête. Que s’est-il passé sur cette route de Berneuil-en-Bray (Oise) où trois gendarmes ont trouvé la mort après la collision de leur véhicule avec une camionnette ?

« La brigade de recherche de Beauvais poursuit ses investigations dans l’enquête qui a été ouverte contre X pour homicide involontaire et blessures involontaires », a expliqué lors d’une conférence de presse le procureur adjoint de Beauvais Luc Pèlerin. Vers 17 h 45 vendredi, un véhicule de fonction avec à son bord trois gendarmes a, « pour une raison encore inconnue, perdu sa trajectoire en sortie de courbe avant d’être percuté en opposé » par une camionnette, a affirmé cette source. Les gendarmes n’étaient pas en intervention, mais en patrouille dans le cadre d’une opération de prévention « contre les cambriolages », a-t-il précisé.

Multiples fractures

Présent sur place après l’accident, Luc Pèlerin a avancé que la « route était glissante, notamment en raison de l’humidité », mais aussi de la terre, car le lieu est situé sur une « zone de chargement et déchargement agricoles ». Malgré les soins prodigués sur le lieu de l’accident, les trois gendarmes, âgés entre 18 et 26 ans, deux adjoints volontaires et un sous-officier qui étaient affectés à la gendarmerie de Méru, sont décédés.

Le pronostic vital des trois personnes âgées de 15 à 31 ans qui se trouvaient dans la camionnette, et dont l’état était jugeait « très sérieux » vendredi soir, n’était cependant plus engagé samedi. Deux d’entre elles, souffrant « de multiples fractures », se sont vu administrer des incapacités temporaires de travail (ITT) supérieures à 45 jours et la troisième une ITT de 8 jours.

Très vive émotion

Les premières analyses toxicologiques et d’alcoolémie effectuées sur elles se sont révélées négatives, a précisé le procureur. Des analyses étaient toujours en cours sur les trois gendarmes. Le président de la République François Hollande avait adressé vendredi soir sur Twitter un message de condoléances aux familles des trois gendarmes. Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux s’était rendu sur le lieu de l’accident puis à la compagnie de gendarmerie de Méru. Dans un communiqué, le ministre avait fait également « part de sa très vive émotion » à l’annonce du décès des trois militaires en métropole ainsi que d’un quatrième gendarme mort en service à Matoury en Guyane.

Source : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.