Mayet : le maire Jean-Paul Beaudouin veut garder ses gendarmes

MAYET • Le point sur les dossiers en cours avec Jean-Paul Beaudouin, maire de la commune et récemment élu président de la communauté de communes Aune et Loir.

Jean-Paul Beaudouin juge le maintien de la gendarmerie locale absolument nécessaire.

Jean-Paul Beaudouin juge le maintien de la gendarmerie locale absolument nécessaire.

Qu’en est-il de la gendarmerie de Mayet ?
« Le colonel de gendarmerie m’a dit que sa fermeture était un projet à horizon 2016-2017. Il va y avoir des élections d’ici là, donc les choses vont peut être encore changer.

On s’accroche et je m’accroche, pour faire en sorte que nos gendarmes restent auprès de nous. C’est absolument nécessaire pour la sécurité de nos concitoyens car, ne serait-ce que de voir le passage de leurs véhicules, ça sécurise. La population se pose évidemment beaucoup de questions à ce sujet.
En regroupant dans un même immeuble tous nos gendarmes, si ça se faisait un jour, la proximité on ne pourra plus l’avoir.

Je vais demander un rendez-vous à la nouvelle préfète.
Quand on parle de la revitalisation des territoires ruraux, ça passe aussi par là. La gendarmerie est un service public, que je défends ardemment.
Une pétition est en cours, je la ferai remonter à la préfecture.

Culture

Que vous inspire le nouveau canton qui se dessine ?
On a appris incidemment, au mois d’août, par une note de service, qu’on allait s’appeler canton du Lude. J’ai appelé la préfecture pour dire qu’il y avait sûrement une erreur, mais il s’avérait que non. C’était un choc d’apprendre les choses de cette façon, où est la démocratie ?

Les élus ne sont plus du tout respectés, on sert à quoi ? Quid des dotations de ce futur ensemble ? Il faudra travailler de concert, en bonne intelligence, nous avons déjà opéré un rapprochement avec le canton de Pontvallain depuis plusieurs années, par exemple sur l’enseignement artistique.

Jeunesse

Une double inauguration a marqué le week-end dernier.
Oui, la maison médicale Michel Royer, un moment fort et plein d’émotion. C’est un bel outil, on peut en être très fiers. Un grand bravo à l’ancien président communautaire et à mon collègue Roger Fresneau.

Et l’école d’enseignement artistique Le Métronome. Je suis très très satisfait. C’est un bel équipement structurant pour le territoire. Ça va contribuer à l’épanouissement de notre jeunesse, leur permettre de se familiariser avec la musique, la danse, le chant, sur pratiquement 500 m2 en centre bourg. C’est important de sensibiliser davantage la population à l’action culturelle.

La minorité municipale a relevé que le coût du Métronome était plus élevé que prévu.
Avec une attitude pareille, j’appelle plus ça une opposition qu’une minorité. Ce que j’attends d’une opposition c’est de la construction. Je demande une opposition constructive, lavée de toute rancœur électorale. Le projet était chiffré à 464 000 € HT à la base, on est autour des 480 000 € HT au final. En rénovation, il y a toujours des surprises qui arrivent.
On se tient dans l’enveloppe. Et on a pu emprunter à un taux très bas, c’était une opportunité à saisir. Je le répète, c’est une logique d’entreprise qu’une collectivité doit avoir aussi.
Quant à la dette de la commune, même si je ne nie pas tout risque sur les emprunts dits toxiques, il faudrait que l’inflation soit de l’ordre de 20 à 25 % pour que la situation devienne préoccupante. On n’y est pas.

“Réussite totale”

Du nouveau pour le projet Carrefour Contact ?
Statut quo pour l’instant. Je suis cependant convoqué la semaine prochaine au tribunal de La Flèche, pour cette affaire relancée par Monsieur Bougas. C’est dommageable pour les habitants de Mayet et de la région. Il n’a rien perdu et n’a rien à y gagner. Le tribunal fera son travail.
La mise en place des TAP (Temps d’activités périscolaires) s’est faite sans accrocs ?
Elle s’est parfaitement réalisée, je dirais même que c’est quasi un exemple départemental. Pour nos agents communautaires qui ont travaillé un an dessus, c’est une réussite totale. Je suis époustouflé et ébahi. Un grand bravo à eux et à Didier Legrand. Je n’ai pas entendu une seule famille se plaindre des activités ».
Retrouvez les autres éléments abordés lors de cet entretien dans une prochaine édition.

Source : Le Courrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.