La gendarmerie et la police vont travailler main dans la main à Châteaudun

Le travail des policiers municipaux et des gendarmes sera partagé désormais.? - Photo d’archives

Le travail des policiers municipaux et des gendarmes sera partagé désormais.? – Photo d’archives

Pour lutter efficacement contre la délinquance, les gendarmes et les policiers municipaux se sont engagés à travailler main dans la main.

À Châteaudun, la coopération entre la gendarmerie et la police municipale n’a pas toujours été aussi étroite qu’on a bien voulu nous le faire croire. Mais elle existe, en dépit de leurs différences. Et celle-ci va s’accentuer.

Les deux “unités” se sont engagées à resserrer leurs liens, hier après-midi, devant le préfet d’Eure-et-Loir, Nicolas Quillet, en signant, en sous-préfecture, une nouvelle convention de coordination. Ce document, le troisième du genre, aboutira à davantage de partages d’informations et d’actions, en somme à une collaboration de nature à faire peur aux délinquants.

« Il n’y a que de bonne sécurité si elle est produite ensemble », s’est félicité le colonel Éric Lamiral, commandant du groupement de gendarmerie d’Eure-et-Loir, en reconnaissant la qualité d’« acteur fondamental » de la police municipale.

Délinquance contenue

Ce à quoi le maire (UMP) Alain Venot a souligné qu’il était heureux « de codifier une coopération qui n’était pas écrite, mais qui se faisait déjà ». « Les policiers municipaux vivent au milieu de la population et leur rôle de proximité doit être utile à la gendarmerie », a-t-il ajouté.

En mutualisant leurs moyens, gendarmes et policiers entendent lutter efficacement contre la délinquance. Après une nette progression en 2013, les statistiques du premier semestre « laissent présager qu’elle devrait être contenue d’ici à la fin de l’année », a annoncé le lieutenant-colonel Gilles Le Bras, commandant de la compagnie de gendarmerie de Châteaudun, en prenant, toutefois, les précautions d’usage.

Au sein de la communauté de brigade de Châteaudun et de Cloyes, la préoccupation reste les cambriolages, en baisse partout ailleurs que dans la ville sous-préfecture (lire encadré). Mais elle n’est pas la seule. Les atteintes volontaires à l’intégrité physique ont augmenté de 7 % (72 faits contre 67 en 2013), principalement dans le domaine familial, en lien bien souvent avec l’alcool. A contrario, les atteintes aux biens sont stables (191 faits contre 192), avec une tendance : moins de vols de véhicules mais plus de vols d’accessoires.

Police intercommunale ?

Ne pas desserrer l’étau « dans ce contexte économique et social difficile », voilà le message passé par Gilles Le Bras, qui en a appelé lui aussi à un travail en commun avec les policiers municipaux, qui, seront, peut-être, un jour, intercommunaux, selon les v’ux formulés par le préfet Nicolas Quillet.

Lors de la création de la Com’com du Dunois, en 2006, cette proposition avait été émise, a rappelé Alain Venot. « Mais la lourdeur administrative était telle que ce n’était pas possible », a expliqué le président Alain Rousseau. Avant d’avouer : « Et bien des maires avaient peur de perdre leur fonction d’officier de police judiciaireæ »

Philippe Provôt

Source : L’Echo Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *