Macron promet une prime de résultats aux policiers et aux gendarmes

Le chef de l’État est arrivé à la gendarmerie mobile peu avant 13 heures. Devant plusieurs centaines de personnes, il a expliqué être venu à Calais pour tenir un engagement donné lors du congrès des maires à Natacha Bouchart, maire de Calais.

Emmanuel Macron à Calais (5)

Après avoir rappelé le passage de ses prédécesseurs, Charles de Gaulle et François Mitterrand, Emmanuel Macron s’est adressé à son auditoire.

«  Je suis à Calais pour tenir un engagement, donné lors du congrès des maires. Je viens adresser un message de fraternité aux citoyens de Calais car ils le méritent. Permettez-moi de rendre hommage à leur courage. L’État sera toujours à vos côtés. »

 

« Débloquer des fonds pour soutenir le développement économique du Calaisis »

Emmanuel Macron rappelle que sa visite intervient deux jours avant le sommet franco-britannique : «  Je vais évoquer avec les Britanniques plusieurs éléments que nous devons améliorer et demander de débloquer des fonds pour soutenir le développement économique du Calaisis. »

 

Emmanuel Macron à Calais. PHOTO JOHAN BEN AZZOUZ
Emmanuel Macron à Calais. PHOTO JOHAN BEN AZZOUZ

Le président revient longuement sur les informations relatives aux violences policières faites aux migrants à Calais. Il dénonce des infos non vérifiées mais prévient  : «  Je ne tolérerai jamais que l’on travestisse la vérité. Si les faits ne sont pas avérés, l’État attaquera pour diffamation. S’il y a une apparence de vérité, une enquête administrative sera menée. Si les faits sont avérés, il y aura sanctions administratives et enquête judiciaire. »

Une prime de résultat aux policiers et gendarmes

Macron promet enfin une prime de résultats aux policiers et gendarmes affectés à Calais.

 

Les forces de sécurité du Calaisis étaient aux premières loges. PHOTO JOHAN BEN AZZOUZ
Les forces de sécurité du Calaisis étaient aux premières loges. PHOTO JOHAN BEN AZZOUZ

« Engagements tenus »

Sur le plan économique, le président entrouve une porte pour que l’État verse une enveloppe supplémentaire au Calaisis. Au sujet du contrat de territoire (signé en 2015 et où l’État promet de verser 50 millions d’euros au Calaisis pour compenser le préjudice à la pression migratoire), «  tous les engagements seront tenus dans les délais. Je suis favorable à ce que soit examiné des avenants à ce contrat de territoire pour soutenir la rénovation du front de mer et l’opération culturelle du dragon.  »

Dans un tout autre registre, Martin Trelcat, directeur de l’hôpital de Calais, s’est entretenu quelques instants en aparté avec le président. Il l’a remercié d’avoir félicité le travail des agents du CH Calais envers les migrants.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.