L’OTAN veut mener une guerre contre la Russie en Afrique et chasser la Chine hors de ce continent

L’OTAN prépare son « concept stratégique 2022 ». Il sera officiellement présenté au sommet de Madrid en juin . Les mouvements et les pressions des états se succèdent pour esquisser les « nouveautés ». Le plus inquiétant d’entre eux : un nouveau «front russe» au Sahel avec de forts échos et des possibilités de déstabilisation au Maghreb et dans toute l’Afrique de l’Ouest. La Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Espagne mènent la pression qui promet d’ouvrir une nouvelle bataille impérialiste pour le contrôle de l’Afrique.D’où est-ce que ça vient?

Afrique de l'Ouest
Afrique de l’Ouest

Les premières nouvelles étaient déroutantes. La presse péninsulaire espagnole et ses échos locaux dans les régions africaines , ont capté des messages du gouvernement selon lesquels l’Espagne faisait pression sur l’Otan pour qu’elle envisage un « déploiement sur le flanc sud », le nom que les militaires européens donnent au Maghreb .

Les déclarations ultérieures des ministres de la Défense d’Espagne et de Grande-Bretagne , mais aussi celles de Scholz dans sa tournée actuelle au Niger, au Sénégal et en Afrique du Sud , l’ont clairement indiqué : l’objectif premier n’est pas le flanc sud mais le «flanc sud profond», c’est-à-dire le Sahel et toute l’Afrique de l’Ouest. Les principaux ennemis ? La Russie… et la Chine 

A quoi répond-il ?

manifestation bamako sortie france
Manifestation anti française à Bamako

La réorientation de l’OTAN vers l’Afrique répond à la réorganisation de la carte impérialiste en Afrique. D’une part, la Chine, après avoir supplanté les États-Unis et l’Europe, s’est déjà imposée comme le principal partenaire commercial et financier d’une grande partie du continent. Une position qui, malgré ce qu’attendaient ses rivaux, a été renforcée par la pandémie .

Pendant ce temps, la stratégie européenne de déplacement de Pékin a échoué au point que la France doit recourir à Pékin pour pouvoir participer à de grands projets dans ses anciennes colonies . Un plat qui n’est populaire dans aucune capitale européenne à l’heure où les capitaux financiers britanniques et français quittent des pays qui semblaient jusqu’à récemment des places fortes imprenables .

Mais si la Chine est un concurrent à évincer, la Russie apparaît désormais comme l’ennemi direct. La guerre en Ukraine a commencé au moment précis où la France et ses troupes ont été expulsées du Mali par le gouvernement local, soutenu après un coup d’État en 2020 par la Russie. C’est un coup dur porté à l’impérialisme français qui, après avoir été évincé de la République centrafricaine et du Soudan par les stratégies de Moscou, considère comme insoutenable le maintien de ses positions dans les dernières ex-colonies dont elle était encore la puissance hégémonique .

Lire aussi : Départ du Mali des troupes françaises et européennes : une nouvelle frontière chaude entre l’UE et la Russie , 21/02/2022

La sortie française n’a pas été amicale de part et d’autre. Le gouvernement malien a accusé les troupes françaises de crimes de guerre , d’espionnage et de subversion avant de dénoncer leurs accords de défense avec la France et l’ensemble de l’UE. L’ UE a répondu par un train de sanctions qui enfonce encore plus l’économie fragile du Mali. Mais les choses ne s’arrêtent pas là, malgré la dénonciation des traités militaires et l’animosité ouverte du gouvernement local, l’ Allemagne se déclare prête à augmenter son contingent militaire dans le pays .

Le gouvernement de Bamako a alors décidé de quitter le groupe des pays du Sahel créé par la France et l’UE tout en donnant le feu vert à leurs tribunaux pour appeler le ministre français des affaires étrangères à témoigner dans l’affaire des violations des droits de l’homme par les troupes d’intervention.

L’escalade a abouti à une tentative de coup d’État qui, après avoir échoué de manière retentissante il y a moins de 10 jours et donné lieu au démantèlement par le gouvernement de ce qui restait du réseau d’influence française dans la classe dirigeante locale , a laissé les services secrets français en évidence à travers le continent.

Aujourd’hui, alors que le Mali est perdu et que le Burkina et le Niger sont devenus les « pivots » de la stratégie de « recomposition » militaire française , l’Allemagne renforce déjà sa mission au Niger , où les troupes françaises commencent déjà à ressentir un rejet local après avoir tiré sur de jeunes manifestants opposés au gouvernement . Bien sûr, ils n’ont pas à s’inquiéter du président Bazoum, il encourage depuis des semaines les Européens à « ne pas se laisser tourmenter » par les victimes qui arrivent et à « prendre plus de risques » . Pour Bazoum, tout ce qui l’aide à se hisser au pouvoir va bien.

 Quel est le danger ?

gazoduc transsaharien
gazoduc transsaharien

Ouvrir un horizon de guerre au Maghreb . Si le Sahel est considéré comme une frontière «chaude» avec la Russie et le Mali comme un pays ennemi, les échos au Maghreb seront inévitables.

La Mauritanie n’est aujourd’hui guère plus qu’un protectorat marocain ; le Niger le pays qui accumule le plus de soldats européens ; et le Mali, allié circonstanciel mais nécessaire de l’Algérie pour empêcher la consolidation du quasi-État islamiste touareg contre lequel la France a commencé son intervention dans la région mais qu’elle a fini par soutenir et imposer à Bamako .

N’oublions pas non plus le changement de position de l’Allemagne et de l’Espagne sur le Sahara et les tensions entre la France et l’Algérie. Et à tout ce qui précède, ajoutons la pression marocaine constante sur l’Algérie et le réarmement intensif par Israël avec l’argent des Émirats dans tous les domaines .

Le Maroc menace désormais le projet stratégique du régime d’Alger : le gazoduc vers le Nigeria . Le projet a toujours été dépendant du bon vouloir des puissances européennes aux commandes du Niger. Alger, au courant, a fait baisser la tension avec Paris dès le début de la guerre en Ukraine… Pour découvrir que le Maroc tente d’aller de l’avant . Rabat a déjà une route alternative et tente d’échanger son soutien à la nouvelle présence de l’OTAN dans la région contre le soutien financier dont il aurait besoin pour la construire.

En bref : la classe dirigeante algérienne voit ses perspectives de coopération avec l’Afrique sub-saharienne  sapées par le Maroc/Israël/OTAN et ses «intérêts vitaux» sont impunément remis en cause par son rival le plus belliqueux.
L’Algérie se trouve dans une situation de plus en plus analogue à celle de son vieil allié, la Russie en Europe de l’Est et dans le Caucase.
Si ce n’est déjà pire du point de vue impérialiste. Le développement de tensions impérialistes de plus en plus violentes entre les deux grands États maghrébins semble inéluctable.

Une frégate chinoise accoste au Cap, en Afrique du Sud, pour des exercices militaires conjoints avec la Russie et l'Afrique du Sud.
Une frégate chinoise accoste au Cap, en Afrique du Sud,
pour des exercices militaires conjoints avec la Russie et l’Afrique du Sud.

Une série de guerres avec la Russie et la Chine comme allié interposé . La combinaison du renforcement militaire et de l’accès aux mines et aux sources extractives a été une forme de faible investissement et de rentabilité élevée pour la Russie.

Mais la Chine teste depuis un certain temps des modèles impérialistes qui impliquent des placements massifs de capitaux« zones spéciales » à logique extractive -et sans impact positif sur le capital local-, usines ad hoc pour l’exploitation des bas salaires locaux et prêts colossaux refinancés au fur et à mesure. le temps de construire de grandes infrastructures.

Tous ces investissements ne seront pas abandonnés. Au contraire, la pression accrue de leurs rivaux impérialistes ne sert qu’à rappeler à Pékin qu’il doit les « protéger ». Ainsi, Pékin négocie avec Malabo pour ouvrir sa deuxième base militaire à l’étranger . La première a été ouverte à Djibouti .

Mais même si la Chine se prépare à pouvoir contrer minimalement ses rivaux, elle n’est pas en mesure de mener une guerre en Afrique. Elle doit « approfondir les relations » avec ses alliés économiques, notamment les puissances régionales. Ce n’est pas un hasard si la Chine se consacre maintenant au réarmement de ses principaux alliés sur le continent.

Ce n’est pas non plus un hasard si Scholz a choisi comme trois destinations africaines le Niger – base des armées européennes au Sahel -, le Sénégal, qui a invité la Chine à entrer comme référence militaire alternative dans la lutte impérialiste sahélienne et l’Afrique du Sud, un important partenaire financier et syndical de Pékin , pionnier de la coopération militaire et allié « contre l’hégémonisme » .

Une fois de plus, l’entrée de l’OTAN en Afrique ne peut qu’accélérer le processus de séparation des États et des gouvernements en blocs économico-militaires que les États-Unis promeuvent en Asie et en Europe. Son résultat en Afrique ne sera pas différent de ce que nous voyons en Ukraine ou de ce que le continent a connu à chaque fois que les puissances européennes et américaines ont rééquilibré leurs forces et tenté de l’exprimer sur l’échiquier africain. La perspective est un chapelet de guerres par allié interposé.

 Où nous allons?

L’ analyse et la critique de l’impérialisme sont nées de la stupeur que la division impérialiste de l’Afrique en 1885 a créée dans le mouvement ouvrier européen de l’époque . Depuis, un capitalisme devenu un lest pour l’espèce humaine a transformé le continent en un gigantesque abattoir à maintes reprises. Certaines des puissances en lice l’étaient dès 1885.

Vient maintenant un nouvel assaut qui menace de faire sauter les équilibres déjà tendus entre les capitales nationales locales et de dévaster des pays entiers. Il n’y a pas de place pour rester les bras croisés.

Source: Communia

Source : Numidia Libérum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.