Les gendarmes forment les policiers municipaux

Un policier municipal et un ASVP faisant sortir un individu d'un véhicule recherché et le menottant./Photo DDM, J.F.

Un policier municipal et un ASVP faisant sortir un individu d’un véhicule recherché et le menottant./Photo DDM, J.F.

Séance de formation des policiers municipaux et des agents de sécurité de la voie publique avec les gendarmes du PSIG à la compagnie de gendarmerie de Villeneuve.

Nouvelle séance de formation des policiers municipaux et des agents de sécurité de la voie publique, mardi dernier, par les gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, à la compagnie de Villeneuve. Une formation qui intervient dans le cadre de la convention, qui a été signée par le maire Patrick Cassany et le colonel Xavier Facquet, commandant du groupement de gendarmerie de Lot-et-Garonne le 21 janvier 2014. «Nous disposons des infrastructures et du personnel, et cela ne nous donne pas plus de travail», indique le commandant de la compagnie de Villeneuve, Thierry Legendre. Les séances ont commencé dès le mois de février et sont au nombre de deux par mois. Elles reprendront au mois de septembre prochain. Trois exercices ont été préparés par le gendarme Aymeric Thuret, assistant moniteur d’intervention professionnelle, et le gendarme Mickaël Hard : contrôle individuel à pied d’un véhicule dans le cadre d’un flux routier ; un véhicule est recherché, les policiers doivent faire sortir le conducteur et le menotter ; troisième cas, un homme divague dans une propriété privée. «Les policiers municipaux ont déjà un acquis, indique le gendarme AymericThuret. Là, ça commence à bien travailler. Les policiers municipaux n’étant pas armés, nous avons adapté la pédagogie et la formation. Nous n’imposons rien, nous sommes toujours en pleine discussion, c’est un travail commun». Sur le cas de l’individu errant dans une propriété privée, deux policiers municipaux s’approchent. L’un d’entre eux passe en appui à l’arrière pendant que son collègue discute avec l’homme. L’individu refuse de donner son identité, est nerveux. Au bout de quelques minutes, il est maîtrisé. Les policiers municipaux appelleront le commissariat pour la suite à donner. Une séance où les gestes ont été répétés afin qu’ils deviennent des automatismes.


Repères

Le chiffre : 9

policiers >Municipaux. 3 ASVP et 2 agents de surveillance des bâtiments communaux.


Un travail en proximité

«Cette formation permet de se connaître, explique le commandant Legendre. On travaille en proximité et en osmose. Dès le mois de septembre, les séances de formation se poursuivront, avec du rafraîchissement pédagogique et du drill un maximum. C’est-à-dire refaire la même chose à l’entraînement pour acquérir un automatisme. Dès septembre, j’invite aussi mes amis policiers municipaux à faire une formation collective avec des partenaires différents, peut-être l’année prochaine».

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.