Les décès et les hospitalisations sont en baisse… et la Suisse reconfine!

unnamed-file-39-448x293

Cenator: Voici trois événements successifs qui nous amènemt à réfléchir sur les raisons pour lesquelles le Conseil fédéral et l’OFSP agissent avec tant d’irrationalité, contre l’intérêt de la population suisse.

– Le FMI invite la Suisse à s’endetter davantage.
– Loi Covid-19: le référendum a abouti.
– Alors que les décès et les hospitalisations sont en baisse, le CF reconfine le pays.

Y a-t-il un lien entre ces événements? Peut-être bien que oui.

Tout d’abord, le Fonds monétaire international (FMI, Christine Lagarde) s’est penché sur la gestion de la crise Covid par la Suisse et il a jugé que les dépenses de 4,8% de notre PIB en aides Covid étaient inférieures aux autres pays de l’UE, nous taxant de radinerie!
Immédiatement après cette nouvelle, la pression médiatique a été immense, les accusations ont fusé. Ueli Maurer tiendrait trop sévèrement les cordons de la bourse et manquerait de générosité vis-à-vis des entreprises. La France accorde 5,2% de son PIB, l’Allemagne 8,3%, et l’Italie, endettée à 180% de son PIB, accorde plus que la Suisse, avec 4,9%.

Pourtant, en 2020, il y a eu 19% de faillites en moins qu’en 2019, car les aides publiques ont soutenu de nombreuses sociétés « zombies », qui auraient dû normalement faire faillite. (source)

Bien entendu, lorsque l’argent coule à flots et que l’économie est dans les chiffres rouges depuis plus d’une année, l’argent ne correspond plus à rien et il s’agit d’une fiction, d’une méthode de destruction de la monnaie, des épargnes et les retraites.
Et visiblement, Christine Lagarde ne tolère pas que la Suisse ne coule pas en même temps que les pays surendettés de l’UE: cela remettrait en question sa gestion de la crise et probablement tout le plan délirant de « Great Reset » que le WEF a élaboré pour établir sa gouvernance mondiale.

De même que nous devions nous aligner sur la politique migratoire de l’UE, nous devrions nous plier également à ce plan (comme à tout le reste) et un deuxième confinement tombe alors pile poil pour justifier la réouverture des vannes.

Forum10.01.2021, La Suisse radine envers les PME frappées par le Covid-19: débat entre Pierre-Yves Maillard et Marco Taddeï – Débat entre Pierre-Yves Maillard, président de l’USS, conseiller national (PS/VD) et Marco Taddeï, responsable romand de l’Union patronale suisse.

Remarquons cette merveilleuse manipulation: faire glisser le débat vers un problème d’arrosage monétaire plus ou moins massif au lieu d’effleurer même la question du sens et de l’efficacité du confinement, lequel était déjà de toute façon dans le pipeline des gauchistes.

Mais le peuple suisse n’a-t-il pas voté pour abandonner sa souveraineté, pour la suprématie des juges étrangers sur la justice suisse? Alors, où est le problème?
Nous allons donc nous endetter davantage et détruire un peu plus notre économie jadis saine, pour correspondre au plan des dieux.

C’est dans ce contexte qu’arrive l’initiative contre la loi Covid-19: le dépôt des signatures a abouti. L’initiative vise à empêcher le Conseil fédéral de prolonger l’état d’urgence, qui lui permet de gouverner par décrets sans demander l’avis du peuple. Et cela va certainement plaire aux gauchistes qui aiment tant le peuple!

L’initiative contre la loi Covid s’oppose également à la vaccination imposée, qui serait par ailleurs dangereuse pour les femmes en âge de  procréer: une grossesse durant les mois qui précédent et suivent le vaccin mettrait en danger le fœtus.
Nous n’avons absolument pas constaté de préoccupations de nos démographes concernant cette précaution.
L’initiative dénonce également la censure des opinions qui s’écartent du discours officiel, et c’est ce qui nous a le plus surpris.
Ce mélange des genres, ce manque d’unité de matière nous rappelle l’initiative Ecopop, qui proposait à la fois de limiter l’immigration dans notre pays et de promouvoir le planning familial dans le tiers-monde. Ecopop aurait pu résoudre des problèmes majeurs de notre pays si le propagande massive de nos médias et l’incorruptible Scytl 
ne lui avaient tordu le cou.

Nous prévoyons hélas un destin identique pour cette nouvelle initiative.

***

Voici sa présentation par ses initiants, les Ami.e.s de la Constitution : « Non à la propagande d’État »  –
Werner Boxler – 30 décembre 2020.

En tant que Co-président des Ami.e.s de la Constitution, Werner Boxler s’engage activement depuis des mois à défendre la démocratie directe et la dignité humaine dans notre pays.

« Le fondement d’un pays démocratique est l’échange, le débat et la liberté d’exprimer son désaccord en toute impunité. Des avis différents et divergents sont actuellement censurés en Suisse. Nous avons aussi le droit de ne pas être d’accord ! Afin de préserver la démocratie directe, il est essentiel que toutes les professions, et en particulier les journalistes, puissent communiquer de manière objective ; ceci concerne également le personnel infirmier, les enseignants, les éducateurs et les médecins.
La responsabilité personnelle conduit à une action responsable envers la communauté et, en fin de compte, à une connexion avec soi-même et les autres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.