Le quoi qu’il en coûte

Par WD :

Dans l’ancien régime, dès qu’un seigneur abusait fiscalement, ses gens se rebellaient. Ce sont les fameuses « Jacqueries ». En Bretagne nous avons eu sous Louis XIV le mouvement des bonnets rouges qui coûta très cher en hommes et en clochers pour finalement pas grand-chose au regard de notre réalité fiscale actuelle.

Sous le poids du vol économique républicain de nos jours, que diraient tous nos aïeuls s’ils revenaient faire un petit tour d’inspection fiscale ? Ils seraient atterrés de voir notre soumission financière. Ils se demanderaient même pourquoi nous travaillons encore vu que le fruit de notre labeur est capté presque dans son entier par nos dirigeants.

La troisième république a créé l’impôt sur le revenu, sorte de sanction contre les esprits dynamiques de ce pays. La quatrième a pondu la TVA, soit le parasitage complet de l’économie. Il faut bien être conscient que la fiscalité en France représente une encyclopédie qui remplit une bibliothèque. Pas une seule facette, pas un seul moment de notre vie n’est pas astreint à une taxe quelconque. Nous ne vivons plus que pour entretenir la bête fiscale. Nous ne sommes plus des contribuables, nous sommes des pourvoyeurs économiques abusés au point d’en être exsangues. Rien ne se fait dans ce pays sans que l’état n’assassine fiscalement une force vive économique. Après on s’étonnera de la délocalisation de moult entreprises et des évasions fiscales. Contribuer à la prospérité du pays est une chose, se faire spolier pour entretenir une flopée de parasites institutionnels une autre. Il faut être fou pour continuer ce manège paupérisant.

Lorsque le VRP de Rothschild à la tête de l’entreprise France nous annonça le « quoi qu’il en coûte », ce fut facile pour lui de le dire, c’est pas lui qui mettra la main à la poche. Ceux qui ne sont pas encore nés devront le faire pour rembourser la dette générée par le délire covidiste. Que l’on se rassure, cette dette qui se rajoute à celle antérieure ne sera jamais remboursée. Elle ne le sera pas car nous serons définitivement ruinés. Depuis la loi Giscard de 1973, la France s’endette. La somme de l’impôt sur le revenu n’arrive plus à payer les seuls intérêts. Avec la crise Covid, notre PIB ne suffit pas à le faire. Avec la crise énergétique sciemment voulue, c’est la fin des haricots. Notre pays sera à la Noël effondré. Dans le prochain trimestre, il y aura pléthore de faillites, de notre boulanger à la PMI locale. Inutile de vous faire un dessin du drame que ceci va engendrer.

Tous les guignols type Le Maire ne sont pas des incompétents, ce sont des complices, donc des immondes bordilles, des traîtres à notre nation, des renégats du bien commun. Ils accompagnent le plan Schwabien pour initier la grande réinitialisation. Depuis 2009 nous le savons via les projections de l’Institut Rockefeller, les avertissements de Attali et les grandes messes Davosiennes. Trump avait dit à Davos que l’avenir ne sera pas mondialiste, mais patriotique. A l’issue de ce propos, on sait ce que l’état profond lui a fait subir et qu’il continue à le persécuter. Poutine, au même endroit assura plus finement qu’il en était fini du monde monopolaire oligarchique. En représailles, les tyrans anglo-américains tentent de détruire les deux fleurons des BRICS que sont la Russie et la Chine. Par ailleurs, ils accélèrent le mouvement destructeur car leur plan Horizon 2030 n’est plus assuré dans sa concrétisation victorieuse. Ils peuvent être inquiets car nous voyons bien qu’il en est fini de l’hégémonie Occidentale sauce Imperium US. C’est heureux pour la quiétude du monde. En attendant, un orage mondial prend forme.

Hélas, nous sommes dans le monde Occidental où la dictature anglo-américaine n’est pas que de la spéculation complotiste. Sans remonter à Pompidou qui disait en son temps « qu’il en était fini d’un état protecteur, d’un état paternel », nous savons depuis Sarkosy que « nous ne pourrons rien faire contre l’avènement du Nouvel Ordre Mondial » alias l’état profond. Macron ne fait que parachever le plan.

Coincé dans ce monde Occidental, nous allons subir la tempête. Quel que soit le vainqueur de cette actuelle lutte à mort, notre sort est fixé. Nous allons connaître la faim, le froid, la misère. Nous allons recouvrir le temps post révolution où le monde laborieux n’était qu’un esclave de la classe bourgeoise, interdit de libre circulation et de libre réunion. La tyrannie numérique n’est qu’une forme moderne de ce que nos arrières grands-parents ont connu. Rien de neuf sur la planète.

WD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.