Terrible accusation : des personnes non vaccinées tuées par négligence dans des hôpitaux américains ?

04. September 2022

Symbolbild (C) Report24.news

Les proches racontent : Les patients étaient attachés à leur lit, on leur refusait à boire et à manger – on leur donnait des tranquillisants à la place. À un moment donné, ils « devaient » être placés sous respiration artificielle – puis ils mouraient. Il ne s’agirait pas de cas isolés, des milliers de cas comparables auraient été analysés par les collaborateurs du portail protocolkills.com. Les protocoles de traitement appliqués dans les hôpitaux publics proviendraient de l’OMS, du CDC ou du NIH.

Ces accusations sont scandaleuses. Si les hôpitaux américains ont vraiment appliqué systématiquement des protocoles de traitement proposés de manière centralisée, qui doivent finalement conduire à la mort des patients, le terme « euthanasie » n’est pas très loin. Il existe également le délit d’homicide par négligence – devant les tribunaux, cela se passe le plus souvent dans le cadre familial.

Le média alternatif « The Epoch Times » a décrit plusieurs cas en détail. La procédure des « traitements » dans les hôpitaux publics a toujours suivi ce modèle :

Une personne est admise, le diagnostic principal ou secondaire est « Covid-19 ». On commence par lui administrer un traitement à base d’anticorps monoclonaux, jusqu’à ce qu’il s’avère que la personne n’est pas vaccinée. Commence alors une phase de négligence. Les personnes reçoivent de l’Ativan, du Dilaudid, du Fentanyl, de la morphine et d’autres produits contre l’anxiété et pour les calmer. Le « traitement Covid » est exclusivement remplacé par le Remdesivir, un médicament controversé connu pour ses effets secondaires mortels.

Les patients ont été privés d’eau et de nourriture

Ensuite, on « oublie » de fournir de l’eau et de la nourriture aux patients. Cette pratique est maintenue même lorsque les patients appellent à l’aide, par exemple en informant leurs proches ou même la police. Dans un cas décrit, le patient a perdu plus de 12 kilos de poids corporel en 12 jours. Pour éviter le « risque de chute », il a ensuite été attaché à son lit. À un moment donné, on a prétendu que le patient devait être placé sous respiration artificielle. Peu de temps après, la mort survient.

Selon le rapport, des infirmières américaines auraient témoigné que ce protocole de traitement était la norme dans leurs établissements et qu’il entraînait presque toujours la mort des patients. Le manque d’eau et de nourriture serait même consigné dans les dossiers médicaux. Selon les données disponibles sur protocolkills.com, certains patients n’auraient plus du tout été nourris, bien qu’il s’agisse de besoins humains fondamentaux et de droits fondamentaux. Les autorités de santé publique de l’État de New York considèrent qu’il s’agit d’une négligence punissable.

Les hôpitaux reçoivent beaucoup d’argent pour les traitements au Remdesivir

Pour le traitement d’un patient avec le Remdesivir, certains hôpitaux américains reçoivent 17.000 dollars de plus, c’est le cas par exemple dans le New Jersey. La motivation financière est donc évidente – et cette manière de procéder explique aussi pourquoi on trouve ces protocoles de traitement surtout dans les établissements financés par l’Etat. Le principe médical de ne jamais nuire à un patient a été totalement ignoré dans les cas considérés. Selon une étude du New England Journal of Medicine, le Remdesivir est considéré comme le produit le moins efficace et le plus mortel en termes d’effets secondaires.

Epoch Times a confronté l’OMS, le CDC et le NIH avec ces accusations et la question de savoir qui avait conçu ces protocoles de mort pour le traitement des patients Covid. Seul le NIH a répondu et a nié avec véhémence avoir quelque chose à voir avec ces protocoles. En aucun cas, ils n’auraient recommandé l’administration de sédatifs et la malnutrition.

Source (en Allemand) : Report24 News

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.