Le maire veut sa gendarmerie

Malgré la réponse négative du préfet, Christian Laine ne baisse pas les bras.

Le maire veut sa gendarmerie

La gendarmerie de Lescar n’est pas compétente sur Lescar, qui dépend du commissariat de Pau

C‘est une originalité qui peut paraître incongrue : la commune de Lescar a une gendarmerie sur son territoire, avenue de l’Ousse, mais ses 10 030 habitants ne dépendent pas de cette dernière mais du commissariat de Pau, situé à douze kilomètres de là. Une situation qui fait tiquer depuis plusieurs années le maire, Christian Laine, qui demande le retour de sa commune dans le giron de la gendarmerie. « Je n’ai rien contre la police, qui fait très bien son travail. Mais c’est une question de logique et surtout de pratique pour les Lescariens. Aujourd’hui, s’ils veulent porter plainte, ils doivent faire près de 10 km alors qu’ils ont une gendarmerie à demeure qui a d’ailleurs été construite par la Ville au début des années 2000 et lui appartient toujours. Nous avons une zone commerciale importante sur notre commune. Faute de temps, certains chefs d’entreprise ne déclarent plus les petits larcins dont ils peuvent être victimes », assure le maire.

Pas très pratique

Il exagère toutefois un peu. En effet, il est possible de déposer plainte dans n’importe quel commissariat ou gendarmerie de France, même pour des faits commis à l’autre bout du territoire. Mais théorie et pratique ne se recoupent pas toujours. « Un client victime d’un vol dans mon magasin a voulu le signaler à la gendarmerie voisine. Il lui a été répondu d’aller à Pau », confie le responsable d’une boutique de la zone commerciale Lescar Soleil qui ne trouve pourtant rien à redire du système en place. « En cas de problème, j’appelle directement la Bac (Brigade anticriminalité) et les policiers arrivent très vite. Pour les plaintes, on dispose d’une procédure simplifiée par courrier. Après, c’est peut-être plus compliqué pour les petits commerces du centre-ville ou les particuliers », poursuit ce directeur de magasin.

L’idée du maire n’a toutefois pas encore trouvé d’écho favorable du côté de la préfecture, qui ne compte pas remettre en cause ce découpage établi en 2005. « Les redéploiements territoriaux entre la police et la gendarmerie ont été guidés par la volonté d’adapter le partage territorial entre les deux forces aux évolutions de l’urbanisation et de la délinquance. La commune de Lescar est ainsi passée en zone police et la direction départementale de la Sécurité publique y assure depuis, avec la plus grande efficacité, sa mission de lutte et de prévention contre la délinquance », insiste le préfet qui rappelle les dernières statistiques : « une baisse significative de 36,7 % des atteintes aux personnes et une stabilité des atteintes aux biens (+0,4 %) », en 2013 sur cette commune.

Une réponse négative qui ne fait pas renoncer Christian Laine. « Les choses évolueront peut-être avec le projet de rattachement de certaines communes du Miey-de-Béarn à la communauté d’agglomération de Pau », pense-t-il. Car ces communes dépendent de… la gendarmerie de Lescar.

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.