Le gouvernement commence à traiter le retour de toutes les amendes du premier état d’alarme.

Un article de Europa Nacional (Espagne )

Le gouvernement a mis en place une équipe de travail pour procéder à la restitution de toutes les amendes infligées aux citoyens lors du premier état d’alarme dû au COVID-19 et pour annuler les dossiers qui étaient encore en cours de traitement par l’administration, ont informé Europa Press des sources du ministère de la Politique territoriale.

Suite à l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui a déclaré inconstitutionnel le premier état d’alarme – et doit se prononcer sur le second – l’exécutif a créé des équipes de travail avec toutes les subdélégations et délégations du gouvernement, avec la participation de l’Agence fiscale, de la Délégation de l’économie, du Trésor public et de la Politique territoriale.

A l’aide de matériel informatique, le gouvernement procédera au remboursement « d’office » du montant qui a été perçu au titre des pénalités imposées conformément à l’état d’alerte. À cette fin, un mécanisme sera mis en place pour que les citoyens fournissent un compte bancaire à partir duquel ils pourront effectuer la transaction.

L’équipe implique les subdélégations et les délégations gouvernementales de toutes les communautés autonomes, à l’exception de la Catalogne et du Pays basque, qui ont transféré des compétences dans ce domaine. En fait, le vice-chancelier et ministre basque de la sécurité, Josu Erkoreka, a annoncé début octobre que les amendes seraient restituées.

PLUS D’UN MILLION D’AMENDES L’état d’alarme déclaré par le décret royal du 14 mars habilitait les forces de sécurité de l’État et les corps, les polices régionales et locales à sanctionner les citoyens qui ne respectaient pas l’assignation à résidence, mais en juillet dernier, la Cour constitutionnelle a déclaré cette mesure inconstitutionnelle.

Le bilan final fait état de 1 142 127 amendes infligées dans toute l’Espagne lors du premier état d’alerte – du 14 mars au 21 juin – et d’au moins 220 296 sanctions lors du deuxième état d’alerte – du 26 octobre au mois de mai – selon les données du ministère de l’Intérieur fournies en mars, un an après le premier des états d’alerte.

Le ministère de la politique territoriale et de la fonction publique a actualisé ce chiffre en mai en indiquant que les délégations et subdélégations du gouvernement avaient déjà résolu 172 482 cas avec une sanction, soit 50,1 % du total.

Les délégations gouvernementales ont traité ces dossiers à la suite des propositions de sanctions traitées par la Police nationale, la Guardia Civil et les organismes régionaux et locaux. Cela correspondait donc à l’assignation à résidence la plus stricte et aux amendes imposées par la loi sur la sécurité des citoyens, connue sous le nom de « loi bâillon ».

Sur les 481 969 amendes proposées traitées, 172 482 ont été résolues par une amende, 87 826 ont été transférées à d’autres administrations (régionales et locales), 54 193 sont encore en cours d’instruction et 11 206 ont été classées. Le reste, 156.262, après analyse par l’instructeur correspondant, il avait été déterminé que, compte tenu des faits, « il n’était pas opportun d’engager la procédure de sanction pour différentes raisons ».

L’Andalousie (195 986) et Madrid (184 517) sont les communautés autonomes qui ont reçu le plus grand nombre de plaintes entre le 14 mars et le 21 juin. Ceuta et Melilla ont enregistré les chiffres les plus bas, avec 9 472 et 4 199 propositions, respectivement.

Pour faire face au volume des affaires et à la « charge de travail disproportionnée », la politique territoriale a annoncé en mai qu’elle lançait un programme de renforcement pour accélérer le traitement des amendes, avec l’idée qu’elles seraient « résolues en temps et en forme ». Au total, 235 personnes réparties sur l’ensemble du territoire étaient chargées de déterminer si, au vu des faits, il était opportun ou non d’engager le dossier de sanction.

Source : Europapress.es

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.