Que faut-il penser du confinement des non vaccinés en Autriche, à compter du 15 novembre 2021, et de toute la population à compter du 22 novembre

Par le général Dominique Delawarde le 19 novembre 2021

Une semaine après avoir mis en place un confinement des non vaccinés, l’Autriche va passer la vitesse supérieure en confinant toute la population. (Hans Punz/AFP)
	

L’idée de confiner les seuls non vaccinés le 15 novembre dernier pour une épidémie qui aura tué en deux ans, fin 2021, moins de 0,7 pour mille habitants sur la planète, en très forte majorité des vieillards déjà malades ou très malades, paraissait déjà tout à fait saugrenue. Il n’est pas surprenant que cette idée soit venue d’Autriche, pays qui a, rappelons le, enfanté le plus grand monstre du XXème siècle, bien connu sous le prénom d’Adolf. Rappelons que cet autrichien s’était forgé une très mauvaise réputation pour ordonner et imposer des « confinements » pour de multiples causes, que ces « confinements » ont, dans une large part des cas, entraîné la mort des « confinés » et ce, dans l’indifférence quasi totale de ses compatriotes ….. qui ne semblent guère s’être améliorés depuis … puisqu’ils continuent de porter au pouvoir le même genre d’individu ….

S’il est vrai qu’au début du siècle dernier, on confinait encore les lépreux dans les léproseries et les tuberculeux dans des « sanatoriums », avant la découverte des traitements antibiotiques vraiment efficaces et éprouvés, les plus anciens d’entre nous se souviennent de la saga beaucoup plus récente de l’apparition du Sida, tout aussi contagieux et beaucoup plus mortel que la Covid-19, et qui, lui, a tué et tue encore beaucoup de jeunes.

Rappelons que le Sida, apparu en 1981, a tué, depuis lors, 25 millions d’individus, majoritairement jeunes, sur la planète, et qu’il continue de tuer 1,5 millions d’individus chaque année, sans que le monde ne s’en émeuve outre mesure ….

Questions :

A-t-on, à l’époque, imposé la présentation d’un pass sanitaire pour autoriser la « copulation » homo ou hétéro-sexuelle, alors qu’il s’agissait bien d’une question de sécurité sanitaire nationale et mondiale ?

Les politiques de l’époque n’ont-ils pas hurlé « au fascisme » à l’égard de ceux qui proposaient le confinement des sidaïques en «sidatorium» pour protéger les populations?

N’ont-ils pas immédiatement fait référence, dans leurs protestations anti-sidatorium, aux camps d’internement de la 2ème guerre mondiale ?

N’ont-ils pas dénoncé, à l’époque, la stigmatisation d’une partie de la population ?

Et voilà que, dans plusieurs pays, on commence à évoquer le confinement à domicile, érigé en « covidarium », de ceux qui refusent l’injection d’un produit expérimental, alors même que ce produit semble bien générer plus d’effets secondaires graves que de protection. (On peut débattre de tout, sauf des chiffres) ..….

Où est la protection d’un vaccin qui, après 8 milliards de doses injectées sur la planète, n’empêche pas le doublement de la contamination et des décès en 2021, par rapport à 2020 ? (on peut débattre de tout, sauf des chiffres). Où sont l’efficacité et le miracle vaccinal attendu ?

N’a-t-on pas confondu, l’été dernier en Europe, par erreur d’appréciation, la rémission estivale de la maladie avec une sorte de rémission « vaccinale » fantasmée ? D’où le retour de bâton hivernal prévisible avec un vaccin qui ne protège pas ….

Pourquoi, tant qu’on y est, ne pas confiner les obèses, ou les diabétiques, personnes à risque ?

On réalise bien que les décisions prises, visant à contraindre les populations à la vaccination, sont plus politiques que sanitaires. Partout où elles ont été appliquées sans discernement, ces mesures de contrainte se sont traduites par des bilans désastreux dans la gestion de cette épidémie. C’est particulièrement le cas en France qui se situe dans le peloton de queue pour la gestion de l’épidémie, si l’on s’en tient à son bilan (on peut débattre de tout, sauf des chiffres) ….

La vaccination et/ou le confinement des non vaccinés vont-t-ils devenir obligatoires tous les ans ? Tous les semestres ? Tous les mois ? Au plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques, …. et des hommes politiques qui bénéficient de leurs largesses lors des campagnes électorales ? Ou finira-t-on par se rabattre sur le « vivre avec », comme on a su le faire avec le Sida, en utilisant des traitements précoces qui ont fait leurs preuves et rendra-t-on aux praticiens l’entière liberté de prescrire ? L’avenir très proche nous le dira.

Il est recommandé aux vaccinolâtres les plus inquiets de prendre dès aujourd’hui une carte de fidélité. Elle ne les empêchera pas d’être contaminé ni de mourir, mais ils mourront « rassurés ». C’est tellement mieux. Elle devrait remplacer le QR code du Pass sanitaire bientôt, à moins que cette épidémie, comme toutes les grandes épidémies du passé, ne finisse par s’éteindre naturellement. N’ayez aucune illusion, on vous expliquera que c’est grâce aux vaccins Covid et vous serez sommés de le croire.

La manifestation organisée demain 20 novembre en Autriche contre les mesures inappropriées prises par la gouvernance a déjà fait reculer le gouvernement autrichien avant même qu’elle n’ait lieu puisque celui ci, dans son « jusqu’au boutisme vaccinal », décide de punir collectivement la population autrichienne toute entière dans un ultime effort pour la diviser davantage.

https://infodujour.fr/politique/54068-lautriche-se-souleve-contre-la-dictature-sanitai

Le confinement s’appliquera donc à l’ensemble de la population à compter du 22 novembre. Cette dernière idée du gouvernement autrichien, à la veille de la manifestation nationale, ne vise évidemment pas une amélioration de la situation sanitaire qu’il sait pertinemment qu’il n’obtiendra pas. Elle vise à couper l’herbe sous le pied des manifestants qui refusent massivement l’enfermement d’une catégorie de citoyens, présentés comme responsables de l’aggravation de la situation. Elle vise aussi à désigner les non-vaccinés comme responsables de l’enfermement de tous et à jeter face à face les vaccinés et les non-vaccinés. Ce genre de méthodes de gouvernement montre ce que deviennent aujourd’hui les droits de l’homme dans une « coalition occidentale » en panique, voire en perdition ?

S’il faut vraiment désigner des responsables dans cette aggravation de la situation autrichienne, qui touche aussi bien les vaccinés que les non vaccinés, ce sont les lobbies pharmaceutiques qui ont été infoutus de produire un vaccin efficace et qui ont vendu au monde entier des produits non aboutis, en tentant d’arriver premier dans une course effrénée aux profits. C’est aussi simple que ça.

Quant aux politiciens français (Xavier Bertrand et Valérie Pécresse entre autres), candidats à la candidature aux présidentielles, qui ont, dans des déclarations maladroites, déclaré ne pas exclure le confinement des non-vaccinés, ils ont révélé leur véritable nature et ont probablement perdu une occasion de se taire, …. et peut être aussi quelques centaines de milliers de voix potentielles, dont la mienne.

général Dominique Delawarde

	

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.