Le go-fast pris en tenaille entre deux camions et un 4 x 4

L'Audi a été percutée par l'arrière par les gendarmes et coincée dans l'arrière d'un camion. - L'Audi a été percutée par l'arrière par les gendarmes et coincée dans l'arrière d'un camion. - (Photo gendarmerie nationale)

L’Audi a été percutée par l’arrière par les gendarmes et coincée dans l’arrière d’un camion. – (Photo gendarmerie nationale)

C’est un scénario digne d’un film qui s’est joué sur l’A 10 pour interpeller le convoi d’un go-fast dans des conditions rocambolesques.

La télévision diffusait « Go-fast » jeudi soir. Quelques heures plus tôt, sur l’A 10, un scénario similaire s’est joué. La fusillade en moins. Mais c’était visiblement du grand spectacle.

Une fois de plus, le GIGN a utilisé sa technique favorite : sandwich et percussion pour stopper la plus puissante des voitures porteuse de drogue, une Audi S8 de 500 CV. En langage GIGN officiel, jeudi, ça se traduisait par « tôle froissée » !

Interpellations précipitées

En fait, alors que le convoi roulait à vive allure sur l’A 10, jeudi matin, il a dû fortement ralentir, bloqué par deux poids lourds roulant bord à bord, l’un sur la voie de gauche, l’autre sur la voie de droite. Les deux camions étaient occupés par des gendarmes du GIGN.
C’est alors qu’une autre équipe du GIGN à bord d’un puissant 4 x 4 Audi Q7 est arrivée derrière, et a percuté la voiture des convoyeurs de drogue. Celle-ci se retrouvée alors encastrée à l’arrière du poids lourd. Les gendarmes pouvaient ensuite passer à l’action pour interpeller les trafiquants.
« Personne n’a été blessé », assure le GIGN qui ne souhaite pas s’exprimer sur les conditions dans lesquelles l’arrestation s’est déroulée.
Dans un premier temps le GIGN et les enquêteurs de la section de recherches de Versailles auraient envisagé une opération plus en douceur, à hauteur de la barrière de péage de Sorigny en Indre-et-Loire.
Mais, pour une raison qui n’a pas été révélée, les opérations ont été précipitées. Elle s’est soldée par la découverte de 225 kg de résine de cannabis et l’interpellation de sept personnes qui sont toujours en garde à vue.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.