Le capitaine Papin prend le large

5b11e986951bbecf1d8b46efLe colonel Olivier Barth (à gauche) et le chef d’escadron Emmanuel Weber (à droite) encadrant le capitaine Patrick Papin.
© Photo NR

Grand amoureux de la mer, depuis une longue affectation en Vendée, le capitaine Patrick Papin, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Bressuire va pouvoir se consacrer à l’océan puisqu’il vient de faire valoir ses droits à la retraite.
Lors d’une cérémonie chaleureuse, chargée en souvenirs et émotions, organisée hier soir à la caserne de gendarmerie de Bressuire, en présence de ses proches, sa carrière militaire a été retracée et l’homme derrière le képi a été un peu plus mis en avant qu’à l’accoutumée. Ceci successivement par ses supérieurs hiérarchiques, le chef d’escadron Emmanuel Weber, commandant la compagnie de Bressuire, et le colonel Olivier Barth, commandant le groupement de gendarmerie des Deux-Sèvres puis par le sous-préfet de l’arrondissement de Bressuire, Jean-Luc Brouillou.
C’est au chef d’escadron Weber qu’est revenu le privilège de narrer les « 36 ans, 8 mois et 27 jours » – comme il le soulignera lui-même un peu plus tard – de service du capitaine Patrick Papin qui a enfilé l’uniforme bleu à l’âge de 19 ans après son baccalauréat lors de son service militaire à Auxerre (Yonne) et à Crozon (Finistère). Sorti de l’école des sous-officiers de Châtellerault (Vienne) en 1982, sa première affectation est à Brûlon (Sarthe). Démarre ensuite une longue histoire professionnelle mais également amoureuse avec la Vendée puisqu’il y rencontre son épouse Laurence avec laquelle il a deux enfants : Manon et Thomas. Saint-Jean-de-Monts, Les Essarts, La Tranche-sur-Mer puis Montaigu. Durant ce laps de temps, le gendarme Papin se distingue par d’excellents résultats aux concours internes (23e sur 2.102 à l’officier de police judiciaire puis 11e sur 637 au concours major). De la bouche de ses supérieurs, le capitaine Papin aurait dû prendre le grade de chef d’escadron durant sa carrière effective. Un grade qu’il peut néanmoins espérer en tant que réserviste. Désormais, c’est le grade de grand-père qu’il devrait atteindre, son fils et sa belle-fille attendant un heureux évènement.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.