La Sainte-Geneviève fêtée avec la gendarmerie du Mirail

Lors de la remise des diplômes aux gendarmes.

La compagnie de gendarmerie Toulouse-Mirail qui couvre tout l’Ouest du département a fêté hier la Sainte-Geneviève, la patronne des gendarmes, à Saint-Lys. Après une messe célébrée par l’abbé Vasseur, animée par des chants magnifiquement interprétés, les gendarmes de ladite compagnie, les élus, personnalités locales et porte-drapeaux se sont rendus devant le monument aux morts pour un dépôts de gerbes. Puis tout le cortège a rejoint la mairie pour poursuivre dans la convivialité la cérémonie.

Pour sa dernière «Sainte-Geneviève» dans le secteur, le commandant Pierre Bichon a remercié vivement les gendarmes pour leur «passion et sens de l’intérêt général au quotidien, pour tout le travail accompli». Ces missions s’effectuent, a t- il tenu à dire, «grâce aux partenaires locaux que sont les maires qui luttent contre la délinquance. Je remercie aussi le père Vasseur qui à l’église nous a rappelé tout le sens de notre engagement, je n oublie pas non plus les conjoints, les veufs et veuves de gendarmes».

Jacques Tène, le maire de Saint-Lys, a martelé à l’assemblée des militaires : «Vous êtes les acteurs de la vie sociale, votre investissement est admirable dans toutes vos missions de jour comme de nuit sur un territoire rural et périurbain, vous êtes les témoins du lien social, je vous souhaite d’obtenir les moyens nécessaires pour la poursuite de vos missions». Puis le commandant Bichon a procédé à la remise de diplômes, des «témoignages de satisfaction» à une quinzaine de gendarmes, parmi lesquels le lieutenant Julien Pogolotti,commandant de communauté de brigades de Saint-Lys-Plaisance du Touch, (voir encadré). Enfin, le sous préfet de l’arrondissement de Muret, François Beyries, a affirmé : «le service de la loi est difficile. Il faut savoir résister à la routine et aux pressions. La gendarmerie fait face aux mutations, elle l’a déjà prouvé car vous contenez la délinquance même si elle change, même si vos moyens sont comptés avec des temps qui sont durs».

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.