Compagnie de gendarmerie d’Avesnes-sur-Helpe: une année dédiée à la construction

C’est à Trélon, vendredi, que les officiers, gradés, gendarmes et personnels civils de la compagnie de la gendarmerie d’Avesnes-sur-Helpe se sont retrouvés pour fêter leur patronne sainte Geneviève.

L1030335.JPG

D’abord le temps d’une messe célébrée par le père Danel puis, à la salle des fêtes pour des échanges conviviaux avec les élus dont le maire François Louvegnies. Plus de 400 interventions de la gendarmerie et 3 500 faits constatés avec un taux de résolution avoisinant les 45% c’est le bilan depuis ce début d’année. Mais plutôt que la froideur des chiffres, Joël Kerleau a préféré insister sur « l’engagement, la volonté et la ténacité des hommes et des femmes au quotidien qui assurent la sécurité de leurs concitoyens ». Un discours rejoignant le propos du maire qui, un instant auparavant, établissait un parallèle entre la fonction d’élu et le métier de gendarme, les deux ayant en commun le sens du service. L’un comme l’autre ne pouvant bien fonctionner qu’avec la confiance réciproque.

« Être gendarme c’est d’abord être militaire, se mettre au service des autres » a rappelé le commandant Joël Kerleau. Dévouement, disponibilité, courage sont des mots revenus souvent dans un discours rappelant que le gendarme a le « service public chevillé au corps ». Et qu’il est ancré dans le territoire puisqu’il y vit. Il en connaît donc la réalité. Mais, le gendarme endosse de plus en plus un rôle qui n’est pas le sien dans une société en perte de repères. Il en pallie les carences en plus de sa mission. « Nous devons veiller à nous concentrer sur notre cœur de métier ». Tout en s’adaptant pour être « toujours plus performants et permettre à chaque citoyen où qu’il soit de bénéficier de la sécurité à laquelle il peut légitimement prétendre ». Un pôle criminalistique complètement repensé, unique en Europe, a été mis en place en 2014. Chaque gendarme bénéficiera en 2015 de nouveaux outils. Et aussi de bâtiments neufs. « Dans l’Avesnois, les gendarmes de Fourmies disposent d’un casernement parfaitement adapté à leurs besoins. Les militaires de Bavay commencent à faire leurs cartons pour la nouvelle caserne dont la construction est en cours ». Et celle du Quesnoy devrait être livrée vers 2015. Le chef d’escadron Joël Kerleau a insisté sur sa fierté de diriger cette compagnie et mis en avant le major Tomyslak de la communauté de brigades de Trélon, dont c’était la dernière Sainte-Geneviève… en tant que gendarme en activité.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.