GENDXXI, du rétropédalage ?

GendXXI

“Le projet GENDXXI, fruit du rétropédalage de Jean-Hugues Matelly ?”

C’est par ce titre que Armée-Média nous fait part des conclusions de différentes associations en ce qui concerne le projet GendXXI.

Après avoir décortiqué les propos et conclusions du lieutenant-colonel (er) Frédy Lucas, conseiller de l’ADEFDROMIL et fait remarquer que l’APG dans son article  « GENDXXI, une association professionnelle à la solde de la DGGN? » est en phase avec ces conclusions, Armée Média s’est adressé à Christian Contini, président de l’Association Gendarmes et Citoyens (AGC) qui a bien voulu donner également son point de vu :

A.M : La future association GENDXXI répond-elle, selon vous, aux attentes des gendarmes ?

CC : .Ce n’est pas à moi de répondre, c’est aux gendarmes de le faire et ils disposent d’un forum pour ça. Le lieutenant-colonel Matelly est bien le créateur du mouvement gendarmes et citoyens repris par la suite par des retraités avec des actives et des civils. Il n’a pas souhaité utiliser l’AG&C et a choisi de créer une nouvelle association, il a certainement ses raisons.

A.M : L’AGC soutiendra t’elle le « projet Matelly » ?

CC : Je ne pense pas que le projet Matelly ait besoin du soutien de AG&C pas plus que d’autres associations. Les associations professionnelles existent de fait, la plus ancienne étant l’Adefdromil. A l’Association Gendarmes et Citoyens nous ne nous soucions pas de savoir quelle est la première association professionnelle, nous nous contentons d’agir comme tel. Depuis 2008, nous dénonçons tout ce qui nous paraît anormal qu’il s’agisse de conditions de logement indignes, de harcèlements allant jusqu’à des suicides ou de multiples dysfonctionnements dans l’institution qui nous sont signalés. Comme notre souci premier est la défense de la gendarmerie et de ses membres, nous ne manquons pas de soutenir les généraux de la direction quand ils ont le courage de dénoncer devant la représentation nationale les difficultés que l’institution rencontre ou encore lorsque le directeur intervient publiquement pour soutenir ses hommes.De même, il est probable que sur des thématiques communes à plusieurs associations, celles-ci puissent se coordonner entre-elles ponctuellement.

A.M : Comment voyez vous la place des retraités dans le droit d’association des gendarmes et les futurs statuts de votre association ?

CC : La place des retraités dans une association professionnelle et les statuts de cette dernière dépendent du choix des gendarmes en activité qui devront être les seuls décisionnaires. J’ai toujours dit que lorsque ce droit d’association sera accordé aux gendarmes en activité je leur passerai le témoin (ou le flambeau allumé par le lieutenant-colonel Matelly). Ils pourront donner leur avis et apporter leur pierre à l’édifice, il appartient à ces gendarmes de rejoindre leurs camarades qui sont déjà en place dans AG&C. Il faut qu’ils le fassent rapidement avant que d’autres ne décident pour eux la forme que prendront les futures associations. Les multiples gesticulations que nous pouvons constater n’ont aucune efficacité, j’ai parfois l’impression de voir des syndicats de police dans leur spécialité qui consiste à s’entredéchirer.

AM : Merci Christian Contini

Pour conclure son article Armée-Média a mis en place un sondage où la question suivante est posée :

“Mais vous, lecteurs d’armee-media, pensez-vous que la future association professionnelle GENDXXI sera en mesure de réponde aux attentes des gendarmes ?”

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *