La gendarmerie patrouille large

Les fêtes de fin d’année approchent, les magasins débordent de marchandises. Depuis 15 jours, les forces de gendarmerie sont aux aguets et distribuent des conseils.  Photo M. G.

Les fêtes de fin d’année approchent, les magasins débordent de marchandises. Depuis 15 jours, les forces de gendarmerie sont aux aguets et distribuent des conseils. Photo M. G.

Pour la période des fêtes, la présence des gendarmes est renforcée aux abords des commerces. La rédaction a suivi une patrouille. But de la mission : jouer la carte de la prévention.

Il est 17 heures, mercredi, quand la patrouille formée du chef Adélaïde Cornu et du gendarme Claude-Alain Moine, part en mission “sécurisation des commerces”. L’équipe débarque au centre commercial Leclerc sous les regards interrogatifs des chalands. La patrouille ne passe pas inaperçue. But de la mission : donner aux commerçants des conseils pratiques de prévention et de sensibilisation contre le vol et les agressions à l’heure où cette période de fêtes est tentante pour les voleurs. L’objectif des militaires est clair : « Être visibles, rassurer mais aussi être dissuasifs, avec un effort particulier sur les heures de fermeture », note le chef Cornu.

Une présence visible

Dans la galerie marchande, la “vague bleue” n’étonne guère le responsable de la parfumerie. « On les voit souvent patrouiller. Cela rassure, même si leur présence au sein de la galerie n’est pas seulement propice aux fêtes de fin d’année. » Dans chaque boutique, les militaires délivrent des conseils, distribuent des feuilles “réflexes” sur la conduite à tenir lorsqu’on constate des comportements suspects ou en cas de vol ou d’agression. « Je vais essayer d’ouvrir les yeux », sourit une commerçante. Un appel permanent à la vigilance mais pas seulement. En parallèle, les gendarmes sont aussi davantage présents en ville. « Deux à trois patrouilles à pied sillonnent chaque soir les rues de la ville », détaille le commandant Lionel Lescoffier.

L’heure est donc à la mobilisation générale des troupes, jusqu’à début janvier, avec un renfort précieux des réservistes au profit du peloton de surveillance et d’intervention. Bien entendu, les itinéraires des patrouilles ne sont jamais les mêmes. Ça, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Parce que parallèlement, beaucoup plus discrètement, d’autres patrouilles, en civil celle-ci, chassent aussi le flagrant délit…

Source : Le JSL

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.