Il s’était évadé de la gendarmerie

Tribunal correctionnel de Blois

Le 7 juillet 2013, Alexis avait trop consommé de boissons alcoolisées (champagne, vins, punch). Vers une heure du matin, alors qu’il importunait des gens sur la commune de Montoire-sur-le-Loir, il s’est fait interpeller par les gendarmes. Placé en cellule de dégrisement dans le but de retrouver ses esprits, il a mal supporté son isolement.

A la barre il raconte : « J’étais juste en caleçon, j’avais froid et besoin de boire de l’eau. J’ai appelé sans arrêt et j’ai frappé à la porte, mais personne n’est venu me voir. C’est pourquoi, j’ai gratté la porte jusqu’à pouvoir l’ouvrir. A l’intérieur des bureaux de la gendarmerie, il n’y avait personne et j’étais enfermé. J’ai trouvé un tournevis avec lequel j’ai démonté une fenêtre pour sortir. » Alexis a quitté les lieux en emportant le tournevis et les vis de la fenêtre démontée. A 10 h du matin, un gendarme venant le voir s’est aperçu de sa disparition. Une rapide recherche a permis de le retrouver en fin de matinée.
La gendarmerie a fait estimer le remplacement de la porte de la cellule. Le devis s’élève à 5.980 €, mais cette somme n’est pas réclamée.
Poursuivi pour dégradations et vol, et avec six condamnations précédentes à son casier, Alexis est condamné à trois mois de prison ferme.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.