La gendarmerie, au rapport !

Le major Delpech et le commandant Cario dans la grande salle de l'OMSL./Photo DDM
Le major Delpech et le commandant Cario dans la grande salle de l’OMSL./Photo DDM

 

Un peu comme lors d’un grand oral, le major Daniel Delpech a dressé, ce mardi, le bilan de l’activité de la communauté de brigade de Trèbes-Capendu qu’il dirige, devant le commandant de compagnie, ses femmes et ses hommes, et les élus du territoire (20 communes pour 19 000 habitants). «Une année 2015 intense avec près de 30 000 heures de service rapportées aux 28 000 de l’année précédente, réparties pour les trois quarts dans les missions de surveillance contre les atteintes aux biens». Ce seront les seuls chiffres dont nous aurons connaissance, la gendarmerie étant surnommée souvent «la grande muette». Si l’accidentologie a pu se prévaloir d’un bon résultat, le major ne passait pas sous silence le «coup de chaud» de l’été dernier sur le quartier de l’Aiguille à Trèbes. Une fois maîtrisé, début octobre, un plan de surveillance sur cette commune a été décrété par le préfet en vue de prévenir tous désordres.

Le chef d’escadron Stéphane Cario, commandant la compagnie de Carcassonne, prenait à son tour la parole. Il réaffirmait la volonté de travailler d’arrache-pied pour maintenir une situation calme, particulièrement à Trèbes, et saluait à cet effet l’initiative d’implanter de la vidéo-protection dans la ville. «On ne fait rien sans nos partenaires, les acteurs locaux, que ce soient les municipalités, les commerçants et les habitants d’une manière générale». Le militaire saluait aussi le PSIG, les réservistes, la brigade de recherche lors des périodes délicates. Élargissant le débat, il évoquait bien sûr le terrorisme en France et en Belgique, et l’état d’urgence, de nouveaux paramètres dont ses hommes doivent tenir compte à présent, rendant leur tâche un peu plus ardue encore.

Une pensée aussi pour la gendarme Véronique Arenalès et l’adjudant Jean-Marc Decou, victimes d’une agression motorisée en ce début d’année et toujours en convalescence.
Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.