La force de gendarmerie européenne manque de bras pour EUCAP Sahel Mali

gendarmzerie.jpg

La clôture de l’année de présidence française de la force de gendarmerie européenne (FGE) a lieu vendredi dernier (5 décembre) à Paris. C’est la Roumanie qui lui succède. Créée en 2004, déployable sous commandement civil ou militaire, cette force est un instrument de gestion des crises extérieures comprenant aujourd’hui sept pays (France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Roumanie et Pologne).

Sous la présidence française, deux nouveaux engagements opérationnel majeurs a été lancé en 2014. En République centrafricaine, les gendarmes européens ont été déployés au sein de l’opération EUFOR RCA pour participer, aux côtés des Nations unies, à la sécurisation de Bangui et au retour de la gendarmerie centrafricaine (photo ci-dessus).

Par ailleurs, au Mali, les gendarmes européens commencent à être déployés dans la mission EUCAP Sahel Mali, où ils formeront et renforceront la police et la gendarmerie maliennes.

Une dizaine de gendarmes français (qui viendraient de Saint-Malo, Perpignan, Versailles, Charleville-Mézières et Lyon) sont arrivés au cours de la dernière semaine de novembre, accompagné d’un de leurs collègues espagnols. “Peu de résonnance auprès des membres de la FGE”, déplore-t-on à Bamako où l’on se félicite de l’arrivée, le week-end prochain de trois policiers français pour renforcer EUCAP Sahel Mali.

Pour le reste, il faudra attendre le printemps: un autre groupe d’une vingtaine de gendarmes européens (Allemands, Portugais et Italiens) devrait alors rejoindre le Mali.

Source : Lignes de Défense

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *