La brigade autonome de gendarmerie s’installe

Le logement situé au début du bâtiment sera transformé en bureaux. - Le logement situé au début du bâtiment sera transformé en bureaux.

Le logement situé au début du bâtiment sera transformé en bureaux.

La création à la rentrée de la Brigade territoriale autonome de gendarmerie nécessite d’augmenter la surface dédiée à la partie administrative.

A son arrivée à la tête du commandement de la région et du groupement départemental de gendarmerie, le colonel Jean-Jacques Taché avait confirmé en décembre dernier la fermeture de la brigade de gendarmerie des Trois-Moutiers et la création de la brigade territoriale autonome (BTA) de Loudun à l’été 2015. La fermeture envisagée de la brigade des Trois-Moutiers en 2011 avait été repoussée à la suite du projet de Center Parcs mais, dès 2013, les effectifs affectés aux Trois-Moutiers ont été redéployés sur la brigade de Loudun et un système de permanences était mis en place durant quelques mois. La BTA de Loudun verra donc le jour à la rentrée et son effectif sera porté à 20 militaires avec un officier, 14 sous-officiers et 5 gendarmes-adjoints volontaires.

“ C’est vraiment très vétuste ”

Rappelons qu’avec la fermeture de la brigade de Moncontour, il ne reste plus que celles de Saint-Jean-de-Sauves et de Loudun pour assurer l’ensemble des missions sur ce qui est devenu le nouveau canton de Loudun. Une situation qui nécessite l’augmentation de la surface des bureaux de l’actuelle gendarmerie loudunaise. Les représentants du bureau de l’immobilier et du logement de la région de gendarmerie de Poitou-Charentes ont exposé les modifications nécessaires pour une période transitoire d’environ cinq ans. Le logement situé au rez-de-chaussée de la gendarmerie sera déclassé afin d’y implanter des locaux de service. Par la même occasion, il sera également procédé à des travaux de réfection dans le logement occupé par les gendarmes-adjoints, situé au premier étage. « Je les ai visités, c’est vraiment très vétuste », souligne le maire Joël Dazas. 46.000 € TTC ont été provisionnés au titre des grosses réparations pour assurer l’ensemble de cette opération. Cela dit, il avait été question sous l’ancienne mandature d’un projet d’une gendarmerie plus grande et située ailleurs. « Il faudra sûrement y penser un jour », confirme Joël Dazas.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *